100 jours de Biden : taxe sur les super-riches, armes à feu, génocide arménien ... ces coups réussis qu’on n’avait pas vu venir

Joe Biden lors d'une conférence à la Maison Blanche le 26 janvier 2021 sur la réponse à la pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 400.000 morts aux États-Unis

ÉTAPE - Après cent jours au pouvoir, le président des Etats-Unis présente un bilan favorable avec de nombreuses décisions marquantes, mais aussi surprenantes.

Depuis le 20 janvier dernier, les États-Unis ont pris un nouveau virage avec l’investiture de Joe Biden comme 46e président, après avoir été élu le 3 novembre 2020 face au président sortant Donald Trump. Cent jours après son arrivée au pouvoir, le démocrate n’a pas chômé et a surpris les observateurs en prenant plusieurs décisions fortes, alors qu’un doute entourait sa capacité à diriger le pays, notamment en raison de son âge avancé.

Ainsi, parmi ses premières grandes décisions, le président de 78 ans s’est engagé à diminuer radicalement les émissions de gaz à effet de serre, à hauteur de 50% d'ici à 2030, quand le précédent chef d’État démocrate, Barack Obama, en poste de 2009 à 2017, avait promis une réduction de 26 à 28% en 2025. Joe Biden a également décidé de renforcer les aides familiales avec un plan d’aide d’un montant historique de 1.9 milliard de dollars, avec pour objectif de réduire la pauvreté des enfants de 56%.

Toute l'info sur

Biden et Harris à la Maison Blanche

Mais outre ces décisions fortes, qui étaient attendues par les électeurs, le natif de Scranton, en Pennsylvanie, a surpris avec des prises de position et des décisions inédites. Ainsi, après s’être attaqué aux sociétés, Joe Biden a annoncé son intention d’augmenter l’impôt sur le revenu de 37 à 39,6% pour les foyers gagnants plus de 27.000 euros par mois. Le chef d’État américain veut doubler l’impôt sur les plus-values de 20 à 39,6% pour les foyers gagnant plus de 68.000 euros par mois.

L'encadrement des armes à feu comme cheval de bataille

Parmi ses décisions fortes, le nouveau président américain a dévoilé le 8 avril dernier son plan pour encadrer le marché des armes à feu, omniprésentes sur le sol américain et causant des tueries de masse à répétition. "La violence par arme à feu dans ce pays est une épidémie, c'est une honte internationale. (…) Ça suffit, ça suffit, ça suffit. Assez de prières, il faut commencer à agir", a-t-il déclaré lors de sa prise de parole.

Assurant que les mesures ne porteraient pas atteinte au deuxième amendement de la Constitution américaine, Joe Biden en a révélé les détails. Ainsi, une de ces mesures vise à lutter contre les "armes fantômes", qui sont fabriquées de manière artisanale, parfois avec une imprimante 3D, et n'ont pas de numéro de série. Les règles concernant certaines armes de poing équipées d'un accessoire stabilisateur attaché au bras du tireur, vont aussi être durcies.

"Nous devons également interdire les fusils d'assaut et les chargeurs à grande capacité", souvent utilisés dans les tueries, a aussi lancé Biden, répétant un vœu pieux maintes fois énoncé en son temps par Barack Obama. Joe Biden, défenseur de longue date d'un meilleur encadrement des armes à feu, a promis pendant sa campagne d'agir sur ce front. Pour rappel, en 1994, alors sénateur, Joe Biden avait participé à l'adoption d'une loi interdisant les fusils d'assaut, pas renouvelée en 2004.

Premier président américain à reconnaître le génocide arménien

Joe Biden a également marqué les esprits concernant la gestion de la crise du Covid-19. Alors que son prédécesseur avait pris le virus à la légère, ce dernier a fixé fin mars un objectif de 200 millions d’injections de vaccins pour ses 100 premiers jours à la Maison Blanche. Un objectif atteint, comme l’a indiqué Biden le 22 avril dernier : "Nous avons réussi : aujourd'hui, nous avons atteint les 200 millions de vaccins (ndlr : inoculés) au 92e jour de notre mandat."

Enfin, parmi ses prises de position importantes, Joe Biden a reconnu le 24 avril dernier le génocide arménien, devenant le premier président des Etats-Unis à qualifier ainsi la mort d'un million et demi d'Arméniens massacrés par l'Empire ottoman en 1915. "Les Américains honorent tous les Arméniens qui ont péri dans le génocide qui a commencé il y a 106 ans aujourd'hui", a-t-il écrit dans un communiqué.

Lire aussi

Autant de décisions appréciées des Américains. Selon deux sondages publiés dimanche, l'action de Joe Biden est jugée favorablement par une majorité, les deux tiers du pays approuvant notamment sa gestion de la pandémie. Quelque 52% des personnes interrogées lors d'une enquête pour le Washington Post et la chaîne ABC ont dit approuver "un peu" (18%) ou "nettement" (34%) la gestion du chef de l'Etat, quand 42% l'ont désapprouvé.  Un second sondage, publié dimanche et réalisé par le cabinet YouGov pour la chaîne CBS, est plus favorable au président américain, avec 58% approuvant son  action, contre 42% qui la désapprouvent, mais les personnes sans opinion n'ont pas été prises en compte.

Découvrez le podcast Far West

Ecoutez le podcast votre plateforme d’écoute préférée 

Sur APPLE PODCAST 

Sur SPOTIFY 

Sur DEEZER  

Suivez avec nous la présidence Biden grâce à nos correspondants sur le terrain, nos invités et nos spécialistes. Après avoir remporté son duel face à Donald Trump, le démocrate réussira-t-il à réconcilier l'Amérique ? Quel rôle continuera à jouer l’ancien président ? Le feuilleton continue. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Traque dans les Cévennes : un homme armé toujours en fuite après un double meurtre

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

EN DIRECT - Israël/Palestine : le Hamas affirme avoir lancé 130 roquettes vers Tel Aviv

Vaccination : adultes non prioritaires, on vous explique comment prendre rendez-vous dès à présent

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.