11-Septembre : 15 ans après, la peine toujours tenace des orphelins des attentats de New York

DirectLCI
HOMMAGE – Près de 3000 enfants ont perdu un parent lors des attentats du 11 Septembre. Alors qu’ont lieu ce dimanche les commémorations du quinzième anniversaire de cette journée d’horreur, voici le témoignage de deux d’entre eux.

Quinze ans après, le vide est toujours immense même si le temps l’a rendu plus supportable. Pour nombre des 3000 enfants qui ont perdu un parent lors des attentats du 11 septembre 2001, chaque anniversaire de la catastrophe réveille des souvenirs douloureux. 


Alors qu’ont lieu ce dimanche les quinzièmes commémorations de cette journée d’horreur et de chaos, certains de ces enfants, devenus adultes ou adolescents, racontent comment ils ont surmonté leur peine et réussi leur deuil. 

Pour me sortir de la dépression, j’ai réfléchi à la chose la plus importante que nous partagionsThea Trinidad, fille de l’une des 2753 victimes de la double attaque contre les Tours jumelles

Thea a cherché à panser ses plaies à travers la quête d’une passion commune. Son père, Michael Trinidad, employé dans une banque du World Trade Center (WTC), était passionné de catch, qu’il exerçait à titre professionnel. 


"Pour me sortir de la dépression après le 11-Septembre, j’ai réfléchi à la chose la plus importante que nous partagions. C’était le combat", raconte-t-elle quinze ans après. "Je me suis dit : 'Je vais le faire pour moi et je vais le faire pour lui.'"


"Quand je regarde là où il s’asseyait habituellement dans les tribunes, la place est peut-être vide, mais pour moi, le siège est encore occupé par son amour", dit Thea. "Je peux le voir m’encourager."

Lire aussi

Quand le deuil suscite des vocations

Il a fallu du temps à Michael Jr. pour saisir ce que représentait la mort de son père, Michael, qui a également péri dans l’attaque du WTC. "J'avais six ans quand mon père est mort", explique aujourd’hui le jeune homme. "Au début, je ne l'avais compris que d’une manière très simpliste."


Puis la réalité l’a rattrapé. Durement. Michael Jr. dit avoir alors trouvé le salut dans le soutien des gens, et notamment des anonymes. "J’ai trouvé cette boîte en plastique qui se trouvait dans la maison de ma mère", se souvient-il. "Elle était remplie de lettres, de cartes postales et d'autres choses que les gens nous ont envoyées après le 11-Septembre. La plupart ne nous connaissait même pas. Ce soutien a été si précieux pour ma mère et moi."


Profondément touché par ces marques d’affection, il a décidé de se consacrer aux autres, en travaillant pour le service public américain. "Je voulais vraiment faire quelque chose qui puisse aider les gens qui en ont besoin." 


Comme chaque année depuis quinze ans, Thea et Michael Jr. rendront un hommage ému aux 2977 victimes des attentats du 11-Septembre, et tout particulièrement à leurs pères.

Lire aussi

VIDÉO - Les images de la chute des Twin Towers : 

En vidéo

11 septembre 2001, la chute des Twin Towers

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter