VIDÉO - 20% des djihadistes français continuaient à percevoir leurs allocations sociales

DirectLCI
PORTEFEUILLE - Selon des chiffres de la Brigade criminelle dévoilés par "Le Figaro", près de 20% des djihadistes français partis combattre dans les rangs de Daech en zone irako-syrienne continuaient de percevoir frauduleusement des allocations sociales. En tout, 420 virements frauduleux auraient été repérés en 2016.

C'est une information étonannte. Selon un article du Figaro, s'appuyant sur des chiffres de la brigade criminelle en charge de la lutte contre le terrorisme, près de 20% des djihadistes français partis en zone irako-syrienne et identifiés au sein de l'Etat islamique continuaient à toucher des allocations sociales.


"Munis de leurs cartes avec photos, des parents percevaient les fonds venant de Pôle emploi ou de la caisse d'allocation familiale, avant de les envoyer par mandat en direction des zones de combats via la Turquie notamment", détaille au quotidien le chef du groupe financier de la brigade criminelle.

En vidéo

L'interview intégrale de la mère du djihadiste condamnée pour "financement du terrorisme"

420 virements frauduleux en 2016

En tout, ce ne serait pas moins de 420 virements frauduleux qui auraient été repérés par cette brigade en 2016, précise Le Figaro. Entre 2012 et 2017, près de 500.000 euros auraient été transmis de France à des combattants du groupe Etat islamique par au moins 190 expéditeurs identifiés. Le trafic global concernerait plus de deux millions d'euros.


Le Figaro précise que les enquêteurs ont depuis communiqué aux organismes de prestation sociale l'identité des fraudeurs pour endiguer le trafic. Du côté des familles incriminées, elle sont surveillées de très près.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter