24 minutes pour mourir : l'agonie choquante d'un condamné américain

24 minutes pour mourir : l'agonie choquante d'un condamné américain

International
DirectLCI
ETATS-UNIS - Nouvelle polémique autour de la peine de mort américaine. Un condamné a agonisé pendant plus de 20 minutes après s'être vu administrer un mélange inédit de médicaments. Depuis que plusieurs Etats ont changé leur méthode d'exécution, un cas similaire avait déjà provoqué la controverse.

Un argument de plus pour les opposants à la peine capitale aux Etats-Unis. Dennis McGuire, un condamné à mort de 53 ans, a agonisé pendant 24 minutes jeudi après s'être fait injecter un nouveau cocktail médicamenteux létal, jamais testé auparavant. C'était, selon les journalistes qui ont assisté à l'exécution, la plus longue depuis que l'Ohio a rétabli la peine capitale, en 1999.

Quatre minutes après l'injection, rapporte le Colombus Dispatch , Dennis McGuire "a commencé à se débattre et à haleter fortement, suffoquant et produisant des sons d'éternuement pendant au moins dix minutes, le poing serré en soulevant la poitrine. Un râle long et profond sortait de sa bouche".

"Procédures scandaleuses et problématiques"

Cette agonie choquante relance la polémique autour des nouveaux protocoles de mise à mort. Comme d'autres Etats américains, l'Ohio a dû changer de procédure après le refus de fabricants européens de fournir l'anesthésiant employé jusqu'ici. Cette injection d'un mélange du sédatif midazolam et de l'antalgique hydromorphone est le deuxième cocktail testé cette année qui semble avoir causé des douleurs inhabituelles.

"Il semble que les procédures d'injections mortelles dans ce pays soient plus scandaleuses et problématiques que jamais", a estimé Deborah Denno, spécialiste de la peine de mort à la faculté de Droit de l'université Fordham, qui pointe "la longueur et les descriptions troublantes de l'exécution de Dennis McGuire" et "les nombreuses complications sur l'injection létale rapportées dans d'autres Etats".

Condamné pour le meurtre d'une jeune femme enceinte

"Les habitants de l'Ohio devraient être révoltés de ce qui a été fait en leur nom", s'est emporté Allen Bohnert, l'un des avocats de Dennis McGuire , qui a été condamné à mort pour le viol et le meurtre d'une jeune femme enceinte en 1989. Ses défenseurs avaient tenté de mettre en avant le risque de souffrances exagérées, interdites par la Constitution. Ils affirmaient que McGuire allait mourir d'asphyxie et endurerait "une peine cruelle et inhabituelle". Mais tous les appels du condamné, jusque devant la Cour suprême des Etats-Unis, avaient été rejetés.

Un juge fédéral de l'Ohio, Gregory Frost, avait jugé que "la preuve n'avait pas été faite que McGuire présentait un risque substantiel d'expérimenter une souffrance sévère", selon le document judiciaire. Considérera-t-il qu'elle l'est désormais ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter