2h40, les Etats-Unis tirent 59 missiles Tomahawk : le récit de la frappe punitive contre la base aérienne d'Assad

REPRÉSAILLES - Le président américain Donald Trump a annoncé avoir ordonné une frappe punitive contre le régime syrien de Bachar al-Assad dans la nuit de jeudi à vendredi, en réponse à l’attaque chimique de mardi qui a fait 86 morts dont 27 enfants. Six soldats syriens ainsi que neuf civils auraient été tués et la base aérienne du régime qui était visée a été presque totalement détruite.

Il n’a fallu que quelques heures à Donald Trump, président des Etats-Unis, pour mettre en œuvre ce qu’il avait annoncé jeudi soir. Au milieu de la nuit, une pluie de missiles américains a frappé une base aérienne syrienne, en réponse à l'attaque chimique perpétrée mardi à Khan Cheikhoun et attribuée au régime de Bachar al-Assad, attaque qui a fait 86 morts dont 27 enfants. Retour sur la riposte de la nuit dernière à cette attaque au gaz, avec les premiers éléments connus. 

A quelle heure a débuté la frappe ? 

Vers 2h40 du matin, heure française, dans la nuit de jeudi à vendredi (8:40 p.m. EDT -- 4:40 a.m en Syrie), les Etats-Unis ont déclenché une frappe en Syrie.

Combien de missiles ont été tirés ? 

Au total, une soixantaine de missiles Tomahawk - 59 précisément - ont déferlés sur la base aérienne d'Al-Chaayrate, dans le centre de la Syrie. Juste avant les frappes, la Russie avait mis en garde les Etats-Unis.

Quel est le premier bilan ?

Les frappes américaines ont fait des "morts", a annoncé dans un premier temps le gouverneur de Homs, la province où elle est située. "Il y a des martyrs, mais nous n'avons pas encore de bilan, ni pour les martyrs ni pour les blessés", a affirmé Talal Barazi au téléphone."Il y a des blessés qui sont atteints de brûlures (...) Il y a des incendies que nous tentons de maîtriser. Ca va prendre un peu de temps pour évaluer les dégâts", a-t-il ajouté. "Bien sûr nous condamnons" ces frappes, et "toute action visant les bases militaires syrienne est condamnable", a encore poursuivi Talal  Barazi. "L'armée de l'air présente dans l'aéroport d'al-Chaayrate est un soutien important aux forces armées dans la bataille contre le groupe Etat islamique dans la région de Palmyre", a encore précisé le gouverneur.


Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins quatre soldats syriens ont été tués. "L'aéroport a été presque totalement détruit : les avions, le tarmac, le dépôt de fuel et le bâtiment de la défense aérienne ont été pulvérisés", a précisé son directeur Rami Abdel Rahmane. Quelques heures plus tard, l'armée syrienne a annoncé "six morts, des blessés et d'importants dégâts matériels." Par ailleurs, à mi-journée, l'agence officielle syrienne a parlé de "neuf civils tués, dont quatre enfants."


De son côté, la télévision russe a donné des précisions sur les dégâts matériels : "Neuf avions syriens des forces armées ont été détruits par les frappes", a déclaré le correspondant de la chaîne de télévision russe Rossiïa 24, Evgueni Poddoubni.

Comment Donald Trump a-t-il pris la décision d’une frappe punitive ? 

Dès mercredi soir, au lendemain de l’attaque chimique, les Etats-Unis avaient menacé la Syrie d'une réponse militaire. Donald Trump a notamment dénoncé une "honte pour l'humanité" après le raid contre la localité de Khan Cheikhoun dans le nord-ouest de la Syrie, qui a fait au moins 86 morts, dont 27 enfants. En arrivant en Floride pour accueillir son homologue chinois Xi Jinping, le président républicain a réclamé que "quelque chose se passe" contre le régime syrien. Le secrétaire d'Etat avait promis "une réponse appropriée à cette attaque aux armes chimiques qui viole toutes les résolutions précédentes des Nations unies (et) les normes internationales".

En vidéo

Syrie : Donald Trump a ordonné plusieurs frappes militaires

D'après un responsable américain, la Maison Blanche examinait depuis plusieurs heures déjà des options militaires présentées par le Pentagone. Etaient déjà évoquées des frappes afin de clouer au sol l'aviation syrienne. Deux navires de guerres américains armés de missiles Tomahawk croisent en Méditerranée orientale, a précisé un autre responsable de la Défense.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Frappes américaines en Syrie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter