39 personnes retrouvées mortes au Royaume-Uni : deux autres arrestations

International

MEURTRES - Les 39 personnes retrouvées mercredi 23 octobre dans un camion frigorifique, dans le comté d'Essex, au Royaume-Uni, étaient de nationalité chinoise, ont rapporté les médias britanniques, au lendemain de cette découverte macabre. Une affirmation contestée par l'ambassade de Chine.

Le parcours qui a abouti à la découverte de 39 corps, huit femmes et 31 hommes, dans le comté d'Essex, à une trentaine de kilomètres au nord-Est de Londres, se précise. Leur nationalité, en revanche, reste imprécise. Si les médias britanniques les ont dans un premier temps présentés comme étant chinois, l'ambassade du pays au Royaume-Uni n'a pas voulu le confirmer. Ils avaient été retrouvés, très tôt mercredi 23 octobre, dans un camion doté d'une unité frigorifique, garé dans une zone commerciale. 

Voir aussi

Les investigations rapportées par les médias britanniques laissent supposer qu'ils seraient morts de froid, après avoir passé un temps considérable sous une température pouvant aller jusqu'à -25 degrés. Une "tragédie inimaginable", a réagi Boris Johnson, qui a provoqué des appels à renforcer la lutte contre les passeurs de migrants. Le ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé que des employés de l'ambassade chinoise se rendraient sur place "pour procéder à des vérifications".

Un camion en provenance de Bulgarie

Le conducteur du camion, un homme de 25 ans, originaire d'Irlande du Nord, a été arrêté, soupçonné de meurtre, rapporte la presse britannique. Dans un point presse, le représentant de la police locale Andrew Mariner a évoqué "un incident tragique dans lequel un grand nombre de personnes ont perdu la vie. Des investigations sont en cours pour établir ce qui est arrivé." L'homme arrêté avait rapidement été placé en garde à vue, tandis que, le lendemain, la police britannique a mené des perquisitions dans plusieurs propriétés du comté d'Armagh, en Irlande du Nord, dont est originaire le suspect. Ce vendredi, deux autres personnes, un homme et une femme de 38 ans, originaires du nord de l'Angleterre, ont été interpellés et sont suspectés de trafic d'être humains et de 39 homicides.

Le camion dans lequel ont été découverts les corps était en provenance de Bulgarie. Les enquêteurs avaient indiqué dans un premier temps qu'il était entré sur le territoire britannique dimanche 20 octobre, depuis le port de Holyhead, au nord du pays de Galles. Ils ont précisé ensuite qu'il avait pris en charge la remorque à Purfleet, dans le comté d'Essex, le 23 octobre, où elle venait d'arriver, en provenance de Zeebruges, en Belgique. Etablir les circonstances du décès demandera encore du temps. "Pour le moment, on ne sait pas encore quand les victimes ont été placées dans le conteneur et si cela s'est produit en Belgique", a admis le parquet fédéral belge.

Dans un tweet, le premier ministre britannique Boris Johnson s'est dit "horrifié par le tragique incident dans l'Essex", assurant que ses "pensées sont avec ceux qui ont perdu leur vie et leurs proches." Il a été imité par la fraîchement installée ministre de l'Intérieur Priti Patel, qui n'a pas tardé à tirer elle-même les conclusions de l'enquête : "Le trafic d'êtres humains est un business indigne et dangereux." A la chambre des Communes, elle a par ailleurs annoncé que les services de l'immigration travailleraient étroitement avec les enquêteurs.

En vidéo

Royaume-Uni : émotion dans tout le pays après la découverte de 39 corps dans la remorque d'un camion

Des clandestins obligés de changer leur route

Une annonce qui donne de l'épaisseur à l'hypothèse selon laquelle ce seraient des migrants clandestins qui auraient été retrouvés à l'arrière de ce camion, alors même que les dépouilles n'ont pas été identifiées et que les enquêteurs ne sont pour l'instant pas capables de dire s'ils sont des migrants ou pas. "Cette tragédie souligne les dangers liés aux voyages clandestins de migrants irréguliers dans des camions", a estimé le patron de la Road Haulage Association, chargée de veiller aux intérêts des transporteurs de marchandises en Irlande du Nord.

"Ecoeurée", la députée locale Jackie Doyle-Price a fustigé ce qu'elle soupçonne d'être à l'origine de cette macabre découverte : "Le trafic d'êtres humains est un business ignoble et dangereux". La ministre bulgare des Affaires étrangères Ekaterina Zharieva s'est dite "choquée par cette information terrifiante", assurant "les familles et les proches des victimes" de sa solidarité. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter