50 pence par unité d'alcool : l'Ecosse adopte un prix minimal pour l'alcool

International

SANTÉ - Alors que les décès liés à l'alcool augmentent dans le pays, une bouteille de 70 cl de whisky ne pourra plus être vendue moins de 15 euros et une bouteille de 75 cl de vin moins de 5 euros.

Pour lutter contre les méfaits de l'alcool, l'Ecosse a choisi une solution atypique : imposer un prix minimal pour l'alcool. Une mesure introduite mardi dans le pays réputé pour son whisky fixe désormais un prix de 50 pence, soit 0,57 euros, par unité d'alcool, une mesure prenant en compte le degré d'alcool et le volume.

Avec ce prix minimum, une bouteille de whisky de taille standard (70 cl) ne pourra être vendue à un prix inférieur à 14 livres, soit 15,60 euros. Une bouteille de 75 cl de vin à 12,5% ne pourra pas être vendue à moins de 4,69 livres, soit 5,20 euros. D'autres pays avaient déjà pris des mesures similaires, comme la Russie, le Bélarus ou l'Ukraine, ainsi que certains Etats canadiens, rapporte Reuters.

Lire aussi

"Je pense que des pays en Europe et ailleurs chercheront à reproduire ce qui a été fait ici en Écosse", a déclaré à l'AFP la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, ajoutant que l'Irlande et le Pays de Galles souhaiteraient également mettre en place un prix minimum. La mesure, saluée par des professionnels de santé et des associations, avait été anticipée depuis longtemps par les commerçants. Certains d'entre eux estiment même qu'elle permettra d'aligner les prix entre commerces indépendants et supermarchés, qui pouvaient auparavant effectuer d'importants rabais, par exemple sur de gros packs de bières.

En vidéo

En France aussi, des médecins proposent l'instauration d'un prix plancher pour l'alcool

Pour ses défenseurs, ce prix minimum constitue le plus grand progrès dans la politique de santé publique depuis l'interdiction de fumer en public. "Cette loi sauvera des vies", a affirmé Alison Douglas, la directrice générale de l'organisation caritative Alcohol Focus Scotland. Selon cette dernière, 58 vies pourraient être sauvées pendant la première année de mise en oeuvre, et jusqu'à 121 vies ensuite. En 2016, 1265 décès étaient liés à l'alcool en Ecosse, un chiffre en augmentation de 10% par rapport à  2015.

Il a fallu des années pour que l'Écosse adopte une telle mesure. La Cour suprême, à Londres, a finalement rejeté en 2017 l'appel effectué de l'Association du Whisky écossais (Scotch Whisky Association, SWA) et d'autres représentants de cette industrie qui s'opposaient au projet du gouvernement. Pour Nicola Sturgeon, "les whiskies haut de gamme pour lesquels l'industrie écossaise est si renommée ne figurent pas parmi les produits alcoolisés qui seront les plus touchés par les prix minimums".

Lire et commenter