74°C en Iran : comment c'est possible ?

74°C en Iran : comment c'est possible ?

DirectLCI
METEO - Depuis vendredi dernier, le Moyen-Orient suffoque. La zone connait une vague de chaleur extrême. Si le record du monde n'a pas encore été battu, ces températures sont accentuées par l'humidité dans l'air. Explications.

A Paris, le thermomètre est monté jusqu'à 39,7°C. Une température que le Moyen-Orient ne refuserait pas alors qu'une vague de chaleur extrême s'abat sur la région. Vendredi dernier, la température ressentie était de 74°C à Bandar Mahshahr, en Iran, comme l'explique le Washington Post .

Ressentie car le thermomètre n'affichait qu'un "petit" 46°C. En Irak, dans la capitale Bagdad, la température était de 50°C.

Températures extrêmes

Dans cette région reconnue comme l'une des zones les plus chaudes au monde, la météo de ces derniers jours reste inédite, même si le record reste détenu par la ville de Dharan, en Arabie Saoudite, avec 81°C ressenti en juillet 2013. "Ce sont les températures les plus incroyables que j'ai jamais vu et celles les plus extrêmes au monde", s'exclame sur USA Today Anthony Sagliani, météorologue chez Accuweather.

Des taux d'humidité record

Et ces températures affolantes ne sont pas prêtes de redescendre à en croire le spécialiste. "Cet épisode de haute-pression sur le Moyen-Orient durera au moins jusqu'à la semaine prochaine", prévoit-il. Précisant que la chaleur ressentie est accentuée par l'humidité "oppressante" dans l'air, car celle-ci empêche la sueur de s'évaporer. Alors que c'est grâce à la sudation que le corps humain peut se rafraîchir.

Des températures aussi élevées se révèlent donc dangereuses pour les êtres humains. Au delà de 40°C de température corporelle, le cerveau et les autres organes peuvent être endommagés. "Le risque le plus grave est le coup de chaleur pouvant aller jusqu’au décès", prévient l' Inrs , l'organisme français en charge de la santé au travail.

Pour éviter les risques, les autorités ont livré leurs précautions d'usage en recommandant aux habitants de ne pas rester au soleil et de boire beaucoup d'eau. Un problème pour des millions d'Irakiens dans un pays plus que fragile, touché par des coupures d'électricité et d'eau chroniques.

A LIRE AUSSI >> Canicule : comment se rafraichir à Paris pendant les fortes chaleurs ?

Plus d'articles