A Bristol, la statue d'une femme noire, poing levé, prend la place de celle de l'esclavagiste Colston

A Bristol, la statue d'une femme noire, poing levé, prend la place de celle de l'esclavagiste Colston
International

SAISISSANT - La sculpture d'une femme noire représentée le poing levé a été installée sur le socle vide de la statue de l'esclavagiste Edward Colston, déboulonnée à Bristol en Angleterre. C'est la reproduction grandeur nature de la militante Jen Reid, qui s'est élevée à cet endroit lors d'une manifestation Black Lives Matter en juin dernier, dans cette exacte position.

La ville anglaise de Bristol s'est réveillée ce matin avec une nouvelle silhouette. Sur le socle laissé vide par le déboulonnage de la statue d'Edward Colston, esclavagiste anglais du 17e siècle, a été installée la sculpture d'une femme noire levant le poing. L'oeuvre, hissée là à l'aube sans autorisation de la Ville, est signée Marc Quinn. Sur sa page Instagram, il détaille son intention et les coulisses de l'installation. 

"A Surge of Power, Jen Reid 2020"

"Aujourd'hui, la résidente de Bristol Jen Reid et moi-même, dévoilons une nouvelle installation publique temporaire", a écrit l'artiste ce mercredi matin, en légende de la photo de son oeuvre. "Cette sculpture grandeur nature est basée sur une image que j'ai vue sur Instagram de Jen Reid, debout sur le socle vacant avec son poing levé dans un salut Black Power", explique-t-il. "Un moment spontané après une manifestation Black Lives Matter en juin 2020", continue Marc Quinn en faisant référence aux rassemblements ayant eu lieu dans le monde entier suite à la mort de George Floyd.

"Pendant la manifestation, une statue du marchand d'esclaves du XVIIe siècle Edward Colston a été déboulonnée de cet endroit. Moulée en résine noire, cette nouvelle sculpture, 'A Surge of Power ["une montée en puissance", ndlr] (Jen Reid) 2020' prend sa place", résume Marc Quinn. Au moins quelques heures, puisqu'il confirme à la fin de son post qu'il n'a ni demandé ni reçu d'accord formel de la mairie de Bristol pour l'installation.

Attirer l'attention sur l'inégalité raciale

Arrivés sur place un peu avant 5h du matin, selon le récit de The Guardian, l'artiste et son équipe d'une dizaine de personnes ont déchargé puis érigé la nouvelle statue en une quinzaine de minutes. Une pancarte indiquant "Black lives still matter" a été déposée devant le socle, puis le groupe a rapidement quitté les lieux avant l'arrivée des agents municipaux.

Les autorités n'ont pas encore annoncé leurs intentions concernant l'oeuvre. Mais dans le cas où la sculpture serait déplacée, une page Wikipédia a été créée dans la foulée, pour matérialiser l'oeuvre et l'action militante.

Lire aussi

Après leur départ, Jen Reid a immortalisé la scène en posant devant sa représentation de résine. Très fière, elle a confié au journal anglais qu'elle travaillait avec Marc Quinn sur ce projet depuis plusieurs semaines. Dans un communiqué sur le site de l'artiste, elle déclare qu'à ses yeux, "cette sculpture consiste à défendre ma mère, ma fille, les Noirs comme moi. Il s'agit d'enfants noirs qui le voient là-haut. C’est quelque chose dont on peut être fier, d’avoir un sentiment d’appartenance. Nous sommes chez nous ici et nous n’allons nulle part".

Toute l'info sur

Mort de George Floyd : l'indignation mondiale

Marc Quinn, lui, a fait savoir que "Jen et moi ne mettons pas cette sculpture sur le socle comme une solution permanente à ce qui devrait être là, c'est juste une étincelle qui, nous l'espérons, aidera à attirer l'attention sur cette question vitale et urgente" des inégalités raciales.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent