A Gaza, des Palestiniens lancent le "défi du seau de gravats" (VIDEO)

International

RUBBLE BUCKET CHALLENGE - Des Palestiniens ont lancé sur Facebook et Twitter le "défi du seau de gravats". Une manière de surfer sur la popularité mondiale du phénomène Ice Bucket Challenge pour sensibiliser à leur cause.

Le succès du Ice Bucket Challenge ne pouvait que donner des idées à certains. Le défi Facebook consistant à se verser un seau d'eau glacée sur la tête connaît en effet une popularité mondiale, de nombreuses stars et personnalités, de Georges W. Bush à Karim Benzema, s'étant prêtées au jeu. Au point de faire parfois passer au second plan la cause à laquelle le défi était dédié : la recherche contre la sclérose latérale amyotrophique (maladie de Charcot).

"L'eau est trop précieuse"

Mais à Gaza, ce buzz planétaire est vu différemment. Des militants palestiniens ont décidé de se l'approprier pour attirer l'attention sur leur propre cause, après cinquante jours d'affrontements entre Israël et le Hamas , qui ont déjà fait 2.130 morts côté palestinien et 68 côté israélien, selon l'ONU. Le résultat : le Rubble Bucket Challenge ou "défi du seau de gravats", qui a d'ores et déjà une page Facebook dédiée .

Dans une vidéo prise au milieu d'immeubles détruits, un promoteur de cette action, le journaliste Ayman al Aloul, explique : "J'aime l'idée du Ice Bucket Challenge. Mais ici, l'eau est trop précieuse pour qu'on se la verse sur la tête. (…) Nous avons regardé ce qu'il y avait autour de nous et nous avons décidé de l'utiliser à la place de l'eau glacée."


A la fin de la vidéo, l'homme se fait renverser un seau rempli de débris et de sable sur la tête. "Nous n'attendons pas d'aide matérielle. Ceux qui veulent aider Gaza peuvent trouver leur propre idée pour le faire", dit encore le militant, appelant à des "messages de solidarité, en particulier de la part de ceux qui ont beaucoup de followers ou un public". La page Facebook accueille déjà de nombreuses vidéos, des participants de divers pays expliquant notamment y voir un acte de "résistance".

Il est encore trop tôt pour savoir quel écho trouvera le phénomène. Mais l'initiative illustre déjà l'importance des réseaux sociaux dans la bataille pour rallier à sa cause l'opinion mondiale.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter