A l’ONU, la Corée du Nord toujours agressive face aux Etats-Unis

A l’ONU, la Corée du Nord toujours agressive face aux Etats-Unis

DUEL - Dans une rare déclaration au Conseil de sécurité des Nations unies, la Corée du Nord s’en est pris durement aux Etats-Unis, qu’elle accuse de mener un double jeu dans ses propositions de pourparlers sur les programmes militaires de Pyongyang.

Même à l’ONU, dans les locaux du Conseil de sécurité, le face-à-face Corée du Nord/Etats-Unis n’en finit pas. Mercredi, à l’occasion d’un débat sur la non-prolifération nucléaire, le numéro deux du régime communiste aux Nations unies Kim In Ryong a affirmé que la dernière série de sanctions imposées par le Conseil n’était d’aucune efficacité pour empêcher Pyongyang de développer son arsenal nucléaire. Il s’agit d’une "erreur de jugement fatale" a même appuyé le diplomate.

S’en prenant directement aux Américains, il a enchainé : "Leur agissement malveillant et qui manque de tact irait dans le sens contraire de ce qu’ils veulent". La raison de sa colère ? Que les Etats-Unis continuent de parler de "dialogue", alors même que des sanctions sont adoptées contre la Corée du Nord. "Cela n’a pas de sens de prétendre au dialogue en y attachant des préconditions injustes et en appliquant une pression maximale", a-t-il poursuivi. 

En vidéo

Dans une vidéo de propagande, la Corée du Nord montre des missiles détruisant l'Amérique

Lire aussi

Les Etats-Unis ont indiqué être prêts à dialoguer avec Pyongyang si le régime arrête ses tests de missiles balistiques et nucléaires. Dans le même temps, l’ONU a adopté toute une série de sanctions contre la Corée du Nord ces derniers mois. Quatorze responsables nord-coréens ont même été placés sur une liste noire.

De leur côté, les dirigeants communistes estiment que le Conseil de sécurité de l’ONU n’est qu’un outil politique des Etats-Unis. Ils ne participent que très rarement à ses réunions, même si elles concernent directement leur pays.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la barre des 10.000 patients hospitalisés franchie

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

EN DIRECT - Marine Le Pen juge le clip de candidature d'Eric Zemmour "passéiste et crépusculaire"

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.