Au Royaume-Uni, le vaccin AstraZeneca a toujours la cote

Au Royaume-Uni, le vaccin AstraZeneca a toujours la cote

ASTRAZENECA - Les Britanniques s'étonnent du manque de confiance dans le vaccin suspendu par de nombreux pays européens. Ils balayent les inquiétudes d'un revers la main, comme à Londres où s'est rendue une équipe de TF1.

De l'autre côté de la Manche, où la vaccination bat son plein, on s’étonne du manque de confiance dans le vaccin d’AstraZeneca. Son utilisation a été suspendue par plusieurs pays, dont la France et l’Allemagne, en raison de possibles effets secondaires. À Londres, les futurs candidats à la vaccination semblent presque indifférents à cette controverse. Et les centres de vaccination ne désemplissent pas, comme en témoignent les longues files d’attente devant les bâtiments.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

"C’est bien si certains pays veulent faire une pause et enquêter, c’est sans doute la bonne chose à faire. Personnellement, je ne suis pas inquiet", explique l’un d’eux, en train d'attendre son tour pour recevoir une injection. Guillaume, expatrié français, se dit surpris de la décision de suspendre l’utilisation du vaccin dans l’Hexagone. "Avec le Covid, chaque mois passé, ce sont des millions de morts en plus", souligne-t-il. 

À ce jour, 11 millions de Britanniques en ont reçu au moins une dose, sans que personne ne remette l'efficacité et l'innocuité de ce vaccin conçu au Royaume-Uni. "Nous n’avons pas constaté de cas graves depuis janvier. Pour nous, le vaccin AstraZeneca est le même que celui de Pfizer/BioNTech", assure le Dr Pardis Momeni, médecin généraliste à la Maison médicale de South Kensington à Londres.

Lire aussi

Des signalements mais pas d'inquiétude

Alors, faut-il y voir un défaut de vigilance de la part des Britanniques ? Les autorités jouent en tout cas la carte de la transparence : 55.000 signalements, pour des douleurs musculaires ou des états grippaux, ont été effectués sur la plateforme mise en place par le National Health Service (NHS), l’agence de santé britannique. Rien qui ne puisse susciter d’inquiétudes particulières, selon les régulateurs britanniques. 

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a assuré ce mardi que le vaccin d'AstraZeneca, largement administré au Royaume-Uni, était "sûr" et "extrêmement" efficace. Et surtout, a-t-il souligné, il permet de réduire de 80% le risque d'hospitalisation.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Lire et commenter