A Londres, un jeune islamiste reconnaît avoir planifié une attaque à Oxford Street et contre un concert d'Elton John

International
DirectLCI
AVEUX - Un jeune homme de 19 ans a reconnu avoir planifié une attaque à la bombe dans Oxford Street et dans un concert d'Elton John, à Londres. Sa condamnation sera connue le 8 juin prochain, il encourt la perpétuité.

Il avait choisi, pour agir, une date symbolique. Haroon Syed, 19 ans, a reconnu devant un tribunal londonien avoir prévu d'attaquer à la bombe, le 11 septembre dernier, la grande artère commerciale d'Oxford Street ainsi qu'un concert d'Elton John. Il était jugé ce jeudi 27 avril dans la capitale britannique pour "préparation d'actes terroristes". 


Le jeune islamiste s'est vendu en discutant de ses projets sur internet, rapporte l'AFP. Pensant échanger avec un autre extrémiste à propos de ses projets meurtriers, Haroon Syed a en effet révélé ses plans morbides à un agent des services de sécurité britanniques. Lors de son procès au tribunal de l'Old Bailey, il n'a pas cherché à nier ses intentions. Et a même révélé l'état d'avancement de l'attentat qu'il projetait. 

Une bombe "pleine de clous"

Il a ainsi reconnu, selon la police, "avoir essayé de se procurer une mitrailleuse, des armes de poing, une veste pour attentat-suicide et une bombe". Dans son communiqué, la police glissait ce détail glaçant au sujet de la bombe, et précisait que le jeune homme avait fait "une demande spéciale qu'elle soit pleine de clous pour qu'il puisse la faire exploser dans un lieu bondé comme Oxford Street". 


Pour ces faits, Haroon Syed encourt la prison à perpétuité. Sa condamnation sera rendue publique le 8 juin prochain, le temps pour la justice de se procurer un rapport psychiatrique. Le frère du jeune homme est par ailleurs lui aussi déjà connu des services de la police. En juin dernier, son frère, de quatre ans son aîné, a été condamné à la prison à perpétuité avec une peine de sûreté de 15 ans après avoir été reconnu coupable d'avoir préparé, pour sa part, une décapitation en 2014. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter