A New York, la SNCF rattrapée par la Shoah

A New York, la SNCF rattrapée par la Shoah

DirectLCI
HISTOIRE – Une nouvelle fois, le rôle controversé de la SNCF durant la Seconde Guerre mondiale est pointé du doigt. Des élus new-yorkais entendent déposer une résolution pour demander réparations aux entreprises liées à Shoah, parmi lesquelles la compagnie ferroviaire.

La SNCF n'en a pas fini avec ses fantômes du passé. Deux élus américains ont annoncé leur intention de déposer mardi une résolution devant le conseil municipal de New York pour demander réparation aux entreprises qui selon eux, ont profité de la Shoah. Parmi elles, la compagnie ferroviaire, réquisitionnée durant la Seconde Guerre mondiale par le régime de Vichy. Plus de 75.000 personnes avaient ainsi été transportées vers les camps de concentration nazis.

Interdiction de contrats publics ?

"J'appelle mes collègues au gouvernement à dire à ces sociétés que 'nous n'oublierons jamais', et à arrêter de faire des affaires avec ces corporations jusqu'à ce qu'elles se souviennent", a déclaré Mark Levine, un conseiller municipal démocrate. En d'autres termes, plus de contrats publics avec la Grosse Pomme tant que les groupes pointés du doigt - tels que IBM, Bayer ou Siemens, entre autres - n'auront pas indemnisé les survivants et leurs familles, estimés à 50.000 dans la région de New York.

Cette initiative n'est pas une première aux Etats-Unis. Au Congrès américain, des élus avaient déjà déposé un projet de loi en ce sens pour autoriser des poursuites contre la SNCF. Dans le Maryland, d'autres avaient exigé qu'elle indemnise les victimes avant de pouvoir participer à un appel d'offres via sa filiale Keolis America, en vain. La SNCF s'était défendue en expliquant qu'elle n'était qu'un "rouage dans la machine d'extermination nazie", soulignant que l'indemnisation des faits de déportation relevait de l'Etat français. Ce dernier a entamé en février des négociations en ce sens avec les Etats-Unis.

Plus d'articles

Sur le même sujet