À peine élu à la tête du parti travailliste, Corbyn s’offre sa première polémique

À peine élu à la tête du parti travailliste, Corbyn s’offre sa première polémique
International

CRITIQUES – En refusant de chanter l'hymne britannique God Save the Queen mardi soir, Jeremy Corbyn, favorable à une limitation stricte des prérogative de la reine, s'est retrouvé sous le feu des critiques, y compris dans son propre camp.

À peine élu et déjà sous le feu des critiques. Jeremy Corbyn, le tout nouveau chef du Labour Party, le parti travailliste social-démocrate britannique, a choisi de ne pas chanter l’hymne national God save the Queen lors d’une cérémonie organisée mardi soir. Un premier faux pas pour ce républicain, à en croire les unes de la presse anglaise, qui lui tombe dessus ce mercredi.

Comme le relève le journaliste Gilles Klein sur Twitter, le Daily Mirror et The Sun notamment se disent choqués par cette attitude et ce refus d’entonner un hymne, consacré à la souveraine d'autant plus que Jeremy Corbyn est favorable à une limitation des prérogatives de la reine, voire à l’abolition de la monarchie.

Critiqué dans son propre camp

Sitôt la cérémonie terminée, les critiques n’ont pas traîné. Le parlementaire Nicholas Soames, par ailleurs petit-fils de Winston Churchill, fut un des premiers à dégainer et a dénoncé une attitude très impolie et peu respectueuse de la reine rapporte le site de la BBC . Nigel Farage, le leader du parti populiste UKIP a également raillé l’attitude de Jeremy Corbyn : "C’est un républicain sur une ligne très dure, une personne que peu d’électeurs travaillistes vont soutenir".

Un manque de respect ? L'argument est balayé d'un revers de main par son porte-parole : "[Jeremy Corbyn] s’est levé et s’est tenu droit dans un silence respectueux", a-t-il, soulignant que le leader du Labour Party avait participé à la cérémonie "pour montrer son respect à ceux qui combattent pour l’Angleterre". A voir les unes anglaises ce mercredi, pas sûr que cette réponse suffise à faire taire les critiques.

À LIRE AUSSI >> Europe, migrants, royauté... la vision de Jeremy Corbyn, le nouveau leader du parti travailliste anglais

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent