Clean Power Plan : l'administration Trump va abroger la mesure phare d'Obama pour le climat

Clean Power Plan : l'administration Trump va abroger la mesure phare d'Obama pour le climat
International

ETATS-UNIS - L'administration Trump va abroger la mesure emblématique de l'ex-président Barack Obama sur l'environnement, a déclaré le ministre américain de l'Environnement, Scott Pruitt, ce lundi 9 octobre.

"Demain (mardi) à Washington, je signerai une proposition de loi pour abroger le soi-disant Clean Power Plan (Plan pour une énergie propre) de la précédente administration". C'est en ces termes qu'a été présentée la proposition de loi pour abroger l'une des emblématiques loi Obama. 

C'est Scott Pruitt, ministre de l'Environnement américain qui l'a annoncé lors d'un discours dans l'Etat du Kentucky, ce lundi 9 octobre. A l'origine, le "Clean Power Plan" imposait des réductions de leurs émissions de CO2 aux centrales thermiques qui utilisent des énergies fossiles. C'est l'une des premières mesures de Pruitt, fervent opposant d'Obama et nommé par Trump pour démonter la protection de l'environnement. 

Il combat cette loi Obama depuis 2015

Scott Pruitt, 49 ans, est l'administrateur de l'Agence de protection de l'environnement (EPA), l'agence fédérale créée en 1970 et chargée des règlementations touchant à l'air, l'eau et la terre. Il était l'un des partisans les plus fervents de la sortie de l'accord de Paris, qu'il jugeait "mauvais" pour les Etats-Unis. Lorsqu'il était procureur général de l'Oklahoma, défendant les intérêts de l'Etat contre le pouvoir central, il a ferraillé devant les tribunaux contre l'administration Obama, main dans la main avec l'industrie pétrolière dont il était de facto l'un des lobbyistes les plus efficaces. 

Lire aussi

Il a intenté plus d'une dizaine d'actions en justice contre des directives de l'EPA, notamment en 2015 contre le "Clean Power Plan", clé de voûte de l'action environnementale de l'ancien président démocrate, destiné à réduire les émissions de gaz à effet de serre des centrales à charbon. Ce plan, avait-il déclaré à l'époque, était "une tentative illégale d'accroître le pouvoir des bureaucrates fédéraux sur la politique énergétique des Etats". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent