Liban : les forces politiques se sont engagées à former un nouveau gouvernement d'ici 15 jours

Liban : les forces politiques se sont engagées à former un nouveau gouvernement d'ici 15 jours
International

RECONSTRUCTION - De retour à Beyrouth, Emmanuel Macron a annoncé au cours d'une conférence de presse que le Liban se doterait d'un gouvernement dans les 15 prochains jours.

L'ensemble des forces politiques libanaises se sont engagées à former un gouvernement dans les 15 jours, a annoncé dans la soirée du mardi 1er septembre le président français Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse au terme d'une visite à Beyrouth.

"Toutes les formations politiques sans exception se sont engagées ce soir, ici même, à ce que la formation de ce gouvernement de mission ne prendrait pas plus de quinze jours", a déclaré le président français à l'issue d'entretiens avec les principaux dirigeants politiques. Il a ajouté que le gouvernement rassemblerait des personnalités "compétentes" et serait formé "comme un collectif indépendant qui aura le soutien de toutes les formations politiques".

Un nouveau Premier ministre peu connu

Le nouveau Premier ministre, Moustapha Adib, nommé quelques heures avant l'arrivée d'Emmanuel Macron le 31 août, doit entamer ce mercredi les consultations parlementaires pour la formation de son équipe. Le président français a rappelé que "la moyenne ces dernières années" pour la formation des gouvernements au Liban se situait dans une fourchette "entre 5 et 11 mois" en raison des divergences politiques.

Emmanuel Macron a assuré que Moustapha Adib, un diplomate relativement inconnu jusque-là, avait "sur le plan politique un soutien massif des forces politiques, même s'il n'est pas unanime". "Cette légitimité, il ne peut l'obtenir qu'en formant rapidement un gouvernement de mission fait de professionnels, une équipe la plus solide possible", a-t-il ajouté.  

Lire aussi

"Tirer les leçons de la tragédie du 4 août"

Le président français a assuré, en parallèle, qu'un "accord de tous a été acté ce soir" sur une "feuille de route" économique concernant "l'électricité, le contrôle des capitaux, l'audit indispensable de la Banque centrale et la réforme des marchés publics".  "Si les promesses ne sont pas tenues d'ici octobre, il y aura des conséquences", a-t-il averti.   

Le Liban subit depuis des mois une crise économique inédite, marquée notamment par une dégringolade monétaire, des restrictions bancaires et une hyperinflation. Le pays, dont la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté, souffre depuis des décennies de nombreuses défaillances au niveau des services publics, notamment de coupures d'électricité durant plusieurs heures au minimum.  

Le 4 août, une explosion gigantesque au port a dévasté des pans entiers de la capitale, tuant au moins 188 personnes et alimentant la colère de la rue qui impute le drame à la négligence et la corruption d'une classe dirigeante. "Les autorités du Liban doivent tirer les leçons de la tragédie du 4 août et agir en conséquent (...) On ne peut pas considérer qu'on reprendrait les affaires comme avant, ce serait une folie", a-t-il poursuivi.  

En vidéo

Macron de retour au Liban

Une conférence d'aide en octobre à Paris

Au sujet des aides acheminées vers le Liban depuis le drame, Emmanuel Macron a fait état "de véritables avancées mais aussi de lacunes", soulignant le "besoin d'améliorer la coordination entre les Nations unies et les ONG" impliquées sur le terrain. 

Il a indiqué qu'une nouvelle conférence d'aide se tiendrait en octobre à Paris. Sur la question de l'enquête en cours, le président français a assuré que celle-ci "avance".

Toute l'info sur

Le Liban meurtri par les explosions à Beyrouth

Les dernières informationsLes images terribles de la double explosion

"Nous coopérons techniquement, plusieurs autres pays coopèrent à la demande des autorités libanaises (...) L'objectif de l'enquête est que la transparence soit faite et que les responsabilités soient assignées".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le gouvernement envisage des mesures de durcissement nationales "dans les jours à venir"

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

"Trop risqué", des médecins mettent en garde contre les conséquences d'un éventuel reconfinement

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent