Abus sexuels : pour le pape François, le silence "ne peut plus être toléré" dans l'Église

Abus sexuels : pour le pape François, le silence "ne peut plus être toléré" dans l'Église

International
DirectLCI
OMERTA - Le pape François a réaffirmé sa volonté de mettre fin au silence au sein de l'Église catholique en matière d'abus sexuels. Le souverain pontife a aussi ordonné une enquête plus approfondie dans les archives du Vatican sur le cardinal américain Theodore McCarrick, déjà interdit en juillet d'exercer son ministère après des accusations d'abus sexuels.

Le Saint-Père avait déjà affirmé sa volonté "éradiquer la culture de l'abus". Ce samedi, le pape François confirme qu'il est temps de mettre fin à l'omerta qui règne au sein de l'Église catholique, jugeant que le silence "ne peut plus être toléré" dans les affaires d'abus sexuels. L'évêque de Rome a par ailleurs ordonné une enquête plus approfondie dans les archives du Vatican sur le célèbre cardinal américain Theodore McCarrick, âgé de 87 ans, accusé d'abus sexuels et interdit en juillet d'exercer son ministère dans l'attente d'une décision définitive du Saint-Siège.


"Le Saint-Siège est conscient que pourraient émerger de l'examen des faits et des circonstances, des choix qui ne seraient pas cohérents avec l'approche contemporaine de telles questions", indique le communiqué du Saint-Siège. "Néanmoins, comme l'a dit le pape François, 'nous suivrons le chemin de la vérité, où qu'il nous porte'. Aussi bien les abus que leur couverture ne 

peuvent plus être tolérés et un traitement différent pour les évêques qui les ont commis ou couverts représente en fait une forme de cléricalisme qui n'est plus acceptable".

Des agissements couverts par le Saint-Père ?

Ces accusations à l'encontre d'un des cardinaux américains les plus influents remontent à plusieurs décennies. À l'époque, McCarrick s'était dit "choqué" par ces allégations d'abus sexuels sur un adolescent. "Ma tristesse a augmenté quand j'ai été informé que les allégations avaient été jugées crédibles et étayées", avait expliqué le cardinal. "Même si je n'ai aucun souvenir d'abus, et que je crois en mon innocence, je suis désolé pour la souffrance endurée par la personne qui a émis ces accusations comme pour le scandale qu'elles causent", avait-il ajouté.

En vidéo

Le pape François demande "pardon" aux victimes d'agressions sexuelles

Se prévalant de preuves écrites, un prélat italien, Carlo Maria Vigano, avait accusé en août le pape François et un grand nombre de membres de la Curie romaine d'avoir couvert durant des années les agissements répréhensibles du cardinal homosexuel sur des séminaristes et des prêtres.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter