Accident de Fukushima : l'ONU soutient que la catastrophe n'a eu "aucun effet néfaste" sur la santé

Dix ans ans après Fukushima, "aucun effet néfaste sur la santé", d'après l'ONU.

ENVIRONNEMENT - Les émissions radioactives après l'accident à la centrale nucléaire japonaise en 2011 n'ont pas généré d'effets négatifs sur la santé, selon l'ONU, qui publie ce rapport, 10 ans après la catastrophe.

S'est-on inquiété pour rien ? Les émissions radioactives après l'accident à la centrale nucléaire japonaise de Fukushima en 2011 n'ont pas produit d'effets négatifs sur la santé. C'est ce que soutiennent les conclusions d'un comité de chercheurs de l'ONU, publiées mardi 9 mars à Vienne. Depuis un précédent rapport publié en 2013, "aucun effet néfaste sur la santé des habitants de Fukushima pouvant être directement attribué à l'exposition aux radiations n'a été documenté", a estimé la présidente du Comité scientifique de l'ONU sur les conséquences des émissions radioactives (UNSCEAR) Gillian Hirth.

Toute l'info sur

L'accident nucléaire de Fukushima

Les conclusions du précédent rapport solidifiées

Dans l'ensemble, le rapport de 248 pages rédigé par l'UNSCEAR n'annonce rien de nouveau. Les chercheurs confirment largement les principaux résultats du précédent compte rendu qui date de 2013. Le rapport offre "une évaluation améliorée et plus solide des niveaux et des effets du rayonnement dus à l'accident". Le Comité estime que la forte augmentation du nombre de cancers de la thyroïde chez les enfants exposés est imputable à une amélioration de la technique de dépistage ayant révélé "la prévalence d'anomalies qui n'avaient pas été détectées auparavant". 

De son côté, le directeur général de l'Agence internationale de l'Énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, a estimé que "bien que les dommages aient entraîné le rejet de nucléides dans l'environnement, les scientifiques n'ont trouvé aucune preuve que les radiations aient eu des effets sur la santé". En d'autres termes, aucun cancer n'a pu être lié, dix ans après, aux retombées radioactives. "Une leçon importante de Fukushima est que les régulateurs doivent être forts, indépendants et dotés de ressources adéquates", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Lire aussi

Pour rappel, l'accident de Fukushima était consécutif à un séisme de magnitude 9 et à un tsunami (une vague de plus de 23 mètres qui s'est abattue sur le littoral). La catastrophe nucléaire a provoqué en mars 2011 le rejet d'importantes émissions radioactives dans l'air, les eaux et les sols de la région de la centrale, située à 220 km au Nord-Est de Tokyo. Une centaine de milliers de personnes ont dû quitter leur domicile et environ 19.000 personnes ont été tuées par le tsunami. 

L'accident de Fukushima est le pire accident nucléaire depuis celui de Tchernobyl (Ukraine) en 1986, où une augmentation du nombre de cancers de la thyroïde avait été observée. Ces conclusions publiées ce mardi peuvent étonner l'opinion publique. Le journal Le Point souligne d'ailleurs que 55% des Français restent persuadés que les retombées radioactives de l'accident ont causé des centaines de morts, selon le dernier baromètre de perception des risques de l'IRSN

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - La pandémie est à un "point critique", les infections croissent de manière exponentielle, avertit l'OMS

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Covid-19 : la Chine remet en cause l'efficacité de ses propres vaccins

"Crétin de fils de ..." : Donald Trump s’en prend violemment au chef des républicains au Sénat

Lire et commenter