Ce que l’on sait de l’effondrement d'un pont de métro à Mexico

Dans la nuit du lundi 3 mai, à Mexico, un pont aérien s'est effondré au passage d’une rame de métro. Nous vous racontons ce qui s'est passé.

CATASTROPHE - Au moins 24 personnes sont mortes à Mexico dans l’effondrement d’un pont aérien au passage d’une rame de métro. Voici les derniers éléments dont nous disposons sur cette catastrophe.

Lundi 3 mai à 22H heure locale (3H GMT), un pont aérien s’est effondré à Mexico (Mexique) au passage d’une rame de métro de la ligne 12. L’accident s’est produit à la station Olivos, située au sud de la capitale. "Nous avons entendu un fort bruit de tonnerre et tout s’est effondré. Il y avait beaucoup de gens debout et assis dans la voiture et quand le métro s'est effondré, nous nous sommes envolés et avons heurté le toit", a témoigné auprès du journal El Universal Mariana, une survivante de 26 ans. 

Les nombreux passagers ont alors été bloqués à l’intérieur des wagons pendant quinze minutes avant que l’un d’eux ne réussisse à briser une fenêtre.  "Comme je n'étais pas très blessée, j'ai aidé plusieurs adultes à sortir par la fenêtre puis à descendre les escaliers", a encore raconté la jeune femme.

Rapidement, des secours ont été envoyés sur place. Ces derniers se sont efforcés de dégager les blessés et les corps ensevelis dans un amas de métal, de gravats et de câbles. Selon le Secrétariat à la sécurité des citoyens de la ville, 21 unités de soins, 90 ambulanciers paramédicaux ainsi que 650 policiers ont été mobilisés sur les lieux de l’accident. Une grue a également été dépêchée afin de soutenir les structures toujours debout, mais fragilisées. Vers 6h30 ce matin, les secours continuaient à évacuer les débris. "Évitez la zone et laissez les unités passer", a demandé le Secrétariat de gestion des risques à la population. "La ligne 12 du métro reste fermée et 490 bus fonctionneront pour couvrir le service" a indiqué la maire de Mexico Claudia Sheinbaum vers 3h du matin, sur son compte Twitter. Puis, le Secrétaire à la mobilité Andrés Lajous a annoncé qu’"un soutien aux utilisateurs du métro sera fourni". 

Quel bilan ?

D’abord de 15 morts, le bilan s’est encore alourdi dans les heures ayant suivi la catastrophe. Le bilan provisoire de l’effondrement du pont à la station Olivos s'établissait à 24 personnes et 80 autres passagers blessés mardi soir. Parmi ces derniers, 65 personnes ont été transportées vers cinq hôpitaux de la ville, selon le Secrétariat de gestion des risques, qui publie sur Twitter une liste actualisée des victimes admises à l’hôpital. "Un examen structurel de l’ensemble de la ligne 12, un rapport d’expert et une enquête approfondie sur les causes de cet incident malheureux et grave commencent", a annoncé Claudia Sheinbaum, qui a apporté son "soutien à toutes les victimes". Lors d'une conférence de presse ce mardi matin, le président Andres Manuel Lopez Obrador a promis  le lancement d'une "enquête approfondie (...) pour chercher à connaître la vérité", avec l'aide d'experts internationaux indépendants. 

Quelle cause ?

Parmi les réactions politiques qui se sont succédé après l’accident, beaucoup ont accusé le mauvais état du réseau de transports de Mexico. Jesus Zambrano Grijalva, président du Parti de la révolution démocratique (PRD), a considéré que l’accident était "les résultats du manque d’entretien et de l’irresponsabilité des différentes autorités". Le député a également demandé la mise en place d’une enquête indépendante et exhaustive. Même constat pour Andrés Atayde, président du Parti de l’Action Nationale (PAN) à Mexico, qui a soutenu que la catastrophe "n’est rien de plus que le résultat de l’irresponsabilité et de la négligence du gouvernement municipal, en raison du manque d’entretien et d’investissement qu’ils ont systématiquement refusé d’allouer au système de transport le plus important du pays". 

En 2017, rapporte El Universal, les riverains à proximité de la partie aérienne du métro de la ligne 12, inaugurée cinq ans plus tôt, s’inquiétaient déjà du risque d’effondrement de la structure en raison de fissures provoquées par le séisme du 19 septembre de cette année. "Tout est déjà fissuré. Après le tremblement de terre, de nombreuses maisons ont été touchées", prévenaient alors les habitants. Sur la ligne 12, toujours selon le quotidien, une défaillance structurelle avait notamment été détectée dans l'une des colonnes soutenant le pont. Le groupe de transports avait indiqué à cette occasion avoir constaté des dommages visibles sur les lignes A et 12 et corrigé ces anomalies en effectuant des travaux. Six stations avaient été fermées à l’époque, et notamment celle d’Olivos. 

Marcelo Ebrard, ancien chef du gouvernement du district de Mexico qui fut chargé de l'inauguration de la ligne 12, s'est dit à "l'entière disposition des autorités" dans le cadre de l'enquête qui va être menée. "Ce qui s'est passé aujourd'hui dans le métro est une terrible tragédie. Ma solidarité envers les victimes et leurs familles. Bien entendu, les causes doivent être étudiées et les responsabilités définies", a déclaré celui qui est aujourd'hui Secrétaire aux affaires étrangères. 

Y a-t-il des précédents ?

Le 20 octobre 1975, deux rames de métro se sont percutées à la station Viaducto, sur la ligne 2, provoquant la mort de 21 personnes et en blessant 70 autres. Il était jusqu’ici considéré comme le pire accident de l’histoire du réseau de transports du pays. Plus récemment, en 2015, une collision de deux trains sur la ligne 5 à la station Oceania a blessé douze personnes. Puis, en mars 2020, un accident d'une rame de métro à la station Tacubaya a provoqué des dizaines de blessés. Le métro de Mexico transporte près de 6 millions de personnes quotidiennement, faisant de lui un des réseaux les plus empruntés du monde. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Jérusalem : au moins 180 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne

EN DIRECT - Week-end de l'Ascension, vaccin AstraZeneca... l'appel de Jean Castex

"S'il reste quelques bracelets anti-rapprochement..." : l'ironie de Le Pen sur Dupond-Moretti suscite l'indignation

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.