Accident de motoneige au Québec : qui sont les cinq Français disparus ?

Accident de motoneige au Québec : qui sont les cinq Français disparus ?
International

DISPARITION - Les recherches se poursuivent au Québec pour tenter de retrouver les cinq touristes français disparus après un accident de motoneige survenu au lac Saint-Jean. Selon la Sûreté du Québec, il s’agirait de cinq hommes âgés entre 24 et 58 ans.

Ils n'ont pas donné de signes de vie depuis mardi soir. Trois jours après leur excursion en motoneige, cinq Français sont toujours portés disparus au Québec. La Sûreté du Québec, en charge des recherches, a publié jeudi les identités des disparus, originaires, comme les trois Français survivants, de l'est de la France. 

Selon la police québécoise, il s'agit de Gilles Claude, 58 ans, Yan Thierry, 24 ans, Jean-René Dumoulin, 24 ans, Julien Benoît, 34 ans, et Arnaud Antoine, 25 ans. Le plus âgé, Gilles Claude, est le père de trois biathlètes internationaux, Emilien, Florent et Fabien. Ce dernier est monté jeudi pour la première fois sur le podium d'une étape de la Coupe du monde de biathlon, à Pokljuka en Slovénie. Une troisième place qu'il a dédiée à son père. 

Lire aussi

Plongeurs, hélicoptères et drones

"Il y a eu un tragique accident au Canada pour mon père", a expliqué le biathlète sur la chaîne L'Equipe, accompagné par son frère Florent, également biathlète au sein de l'équipe belge. "Aujourd'hui ce podium est pour lui, je suis sûr qu'il est fier de nous et je suis fier de ce que j'ai fait aujourd'hui. C'était important pour nous. Le but n'était pas forcément le résultat, c'était de rendre un hommage et faire du mieux possible", a-t-il ajouté.

Sur le terrain, les recherches se sont poursuivies toute la journée jeudi dans une zone située à l'est du lac Saint-Jean, près de la commune de Saint-Henri-de-Taillon, à environ 225 km au nord de la ville de Québec. Jeudi, une troisième équipe de plongeurs, aidés d'un petit propulseur sous-marin et de sonars, s'est jointe aux efforts déployés sur le terrain, avec l'appui de deux hélicoptères et de drones. Au total, une trentaine de personnes étaient mobilisées jeudi, selon la Sûreté du Québec qui pilote les recherches.

De minces chances de retrouver les cinq Français vivants

"Il reste encore certains points à vérifier", a commenté un porte-parole de la police, Hugues Beaulieu. Il a toutefois reconnu que l'hypothèse qu'ils aient trouvé refuge sur une île sans moyen de communication était de moins en moins probable au fil des jours. D'autant que selon la Sûreté du Québec, six motoneiges ont désormais été retrouvées au fond du lac Saint-Jean, dans la zone non balisée où a eu lieu l'accident. 

L'accident s'est produit mardi en début de soirée à l'embouchure d'une rivière partant du lac Saint-Jean. Cette zone dangereuse, où la glace est plus fine en raison des courants, est formellement déconseillée par tous les professionnels. La rivière qui part du lac Saint-Jean débouche sur un barrage quelques kilomètres en aval, souligne le porte-parole. 

En raison de températures relativement clémentes, elle n'est pas entièrement gelée, ce qui pourrait permettre de retrouver les corps des Français s'ils sont effectivement tombés à l'eau avant d'être emportés par le courant, a expliqué le porte-parole. Le guide de l'excursion, un Montréalais de 42 ans, a été repêché mardi soir mais il est mort des suites de ses blessures. Trois autres Français, qui avaient donné l'alerte, ont été brièvement hospitalisés pour des engelures et un choc nerveux.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent