Accident de Schumacher : mis en cause, GoPro chute en bourse

Accident de Schumacher : mis en cause, GoPro chute en bourse

FINANCES - L'action en bourse de GoPro a lourdement dévissé lundi, chutant de 12%. Une dégringolade liée aux propos d'un journaliste français, selon lequel le pilier de la caméra aurait abîmé le cerveau du champion.

La bourse de New York a-t-elle les oreilles tournées vers Europe 1 ? Trois jours après les révélations à l’antenne de Jean-Louis Moncet, journaliste français spécialisé en Formule 1, le titre de GoPro a lourdement dévissé ce lundi, chutant de 12 % dès l’ouverture. En cause : la thèse avancée par le journaliste, selon qui le pilier de la caméra que Michael Schumacher avait sur son casque aurait "abîmé son cerveau" lors de son accident.

"Tout doucement, il se réveille"

Invité par "Europe 1" en fin de semaine dernière, Jean-Louis Moncet était revenu sur une rencontre récente avec le fils du champion. Celui-ci lui aurait confié que "ce n'est pas le choc, mais le pilier de la GoPro qu'il avait sur son casque qui a abîmé son cerveau (...) Tout doucement, il se réveille . Il est chez lui (...) il a toute la vie, devant lui, pour se remettre".

La GoPro avait été déjà mise en cause en février dernier. Dans un rapport cité par The Telegraph, les experts avaient en effet dévoilé que le casque avait été brisé après le choc, mais que la caméra était restée intacte. Ce n'est pas la première fois que la mini-caméra occupe le devant de la scène dans une affaire médiatique. Par exemple le drame d’Utoya, cette petite île en Norvège où Anders Breïvik avait tué 77 personnes le 22 juillet 2011, caméra à la taille.

EN SAVOIR + >> Michael Schumacher "se réveille doucement" selon son fils

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : d'ex-chefs d'États et prix Nobel appellent à lever les brevets des vaccins

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Lire et commenter