Accident de Schumacher : pourquoi une telle médiatisation ?

Accident de Schumacher : pourquoi une telle médiatisation ?

DirectLCI
DECRYPTAGE – Depuis le 29 décembre dernier, l'accident de ski du septuple champion du monde, Michael Schumacher, sur les pistes de Méribel suscite un véritable engouement médiatique. Metronews explique les raisons de cette sur-exposition.

L'accident de ski du champion de formule 1 , Michaël Schumacher, a déclenché une véritable avalanche médiatique. Tout a été osé ou presque. Un journaliste s’est déguisé en prêtre pour rentrer dans la chambre du septuple champion du monde. Plus de 248 pages Facebook anticipaient le deuil du sportif au lendemain de son accident, souhaitant à Michaël Schumacher de reposer en paix. Enfin, le journal allemand Bild est allé jusqu'à reconstituer la descente du sportif , pour bien illustrer ce grave accident à ses lecteurs.

Évidemment, l'intérêt suscité par ce drame est à la hauteur du statut historique acquis par Michaël Schumacher. Et le travail des enquêteurs, qui sont allés jusqu'à examiner les images vidéo de l'accident , s'explique aussi par les enjeux considérables qu'il peut exister. Quels sont les facteurs qui peuvent expliquer un tel engouement ? Metronews en dresse la liste.

  • Des enjeux financiers considérables

La fortune de Michaël Schumacher, 178e rang dans le Top 500 des Allemands les plus riches, est estimée entre 650 et 700 millions d'euros . En plus d'être un sportif, il est une marque avant tout, qui représente une écurie dont les sommes liées aux assurances peuvent être colossales. Une bataille intense a donc été déclarée pour établir le ou les responsables de ce dramatique accident.

  • Un responsable bien mystérieux

Ce sont avant tout les circonstances de l'accident qui alimentent les articles de presse. Et pour cause : la famille Schumacher pourrait prétendre à plusieurs centaines de millions d'euros si elle arrivait à prouver que le champion n'est pas le seul responsable de son accident. Si le sportif a chuté dans une zone hors piste (il devrait normalement être le seul responsable), plusieurs interrogations demeurent. Cette zone était-elle balisée comme l'impose la norme NF S 52-102 intitulée "Pistes de ski alpin, balisage, signalisation, information" ? Le pilote avait-il l'intention d'aider une enfant en difficulté dans cette zone, comme le prétend sa famille ? Ces deux éléments pourraient changer la donne et mettre en cause la station de Méribel. Mais la presse allemande accuse également le fabricant du casque (qui s'est brisé en deux lors du choc sur le rocher) mais aussi le loueur des skis, dont l'une des fixations aurait été défaillante. Une incertitude sur le responsable qui renforce l'attrait des lecteurs face à ce triste feuilleton.

  • Un parcours sportif historique

L'intérêt de ce drame est aussi incroyable parce que Michaël Schumacher a marqué son sport durant deux décennies. Avec sept titres de champion du monde de Formule 1 et 91 victoires en Grand Prix, il possède le plus beau palmarès de ce sport. Il détient notamment la plupart des records dans ce domaine. Sa générosité et les hommages rendus par de nombreuses personnalités, contribuent également à entretenir la sympathie que les gens ont pour lui.

  • L'incarnation d'une marque

Michaël Schumacher et Ferrari ne font qu'un. Comme le rappelle Eurosport, le pilote est central dans l'histoire de la marque. C'est lui qui a remis la Scuderia sur les rails du succès. Arrivé en 1996 à Maranello à l'amorce d'un virage technique important (moteur V10, transition à la direction technique), il a accepté de perdre pendant quatre saisons avant de décrocher le titre en 2000, 21 ans après le dernier pilote rouge. "Sa fidélité à la marque, pendant onze, ses cinq titres consécutifs - un record - et sa fidélité aux hommes - sa relation avec Ross Brawn et celle quasi-filiale avec son patron Jean Todt - ont magnifié cette épopée que tous les amoureux de Ferrari attendaient", analyse le site. Une histoire entre un homme et une marque qui explique pourquoi l'éventuel décès de la star serait un véritable coup dur pour l'écurie.

  • Un moment creux en actualités

Il faut avouer que Noël est une période difficile où l'actualité se fait plus rare. Les grandes émissions qui font l'info sont arrêtées le temps de la trêve des confiseurs et les hommes politiques prennent également du repos. Une information qui aurait peut-être pris moins de place en temps normal, est mise en avant beaucoup plus facilement.

  • La triste ironie du sort

En plus de son statut et des enjeux financiers, la triste ironie de la situation, à l'instar de l'intérêt suscité par la mort de Paul Walker, peut expliquer ce traitement médiatique. Michaël Schumacher avait en effet l'habitude du risque et du sport extrême en roulant à plus de 300 km/h. Le fait de chuter et de gravement se blesser à 20km/h ( selon certains témoignages ) rappelle la situation de Paul Walker. La star de la saga Fast and Furious, décédée en Porsche, avait été rendue célèbre précisément par des films de courses-poursuites et de cascades automobiles.

Plus d'articles

Sur le même sujet