Accord post-Brexit : Michel Barnier, défenseur acharné des intérêts européens

Accord post-Brexit : Michel Barnier, défenseur acharné des intérêts européens

PORTRAIT - L'UE et le Royaume-Uni ont annoncé jeudi un accord historique sur leur future relation commerciale. À la manœuvre : Michel Barnier, négociateur en chef des 27, revenu dans la lumière.

Un Noël avant l'heure pour "Monsieur Brexit". Acteur incontournable des dernières étapes de la saga du Brexit, Michel Barnier a vu ses efforts déboucher ce jeudi par la conclusion d'un accord entre son camp, celui des européens, et le Royaume-Uni. Une victoire pour ce Savoyard de 69 ans, qui a connu une seconde jeunesse en défendant les intérêts des 27 dans ce dossier tentaculaire.

Toute l'info sur

Brexit : goodbye United Kingdom

Pour Michel Barnier, l'aventure Brexit a débuté le 1er octobre 2016. Ce jour-là, l'Européen convaincu qu'il est endosse le costume de négociateur en chef pour Bruxelles et les Européens. À l'époque, il n'avait guère à perdre : il avait été battu par Jean-Claude Juncker en mars 2014 dans la course à la présidence de la Commission européenne lors du congrès du Parti populaire européen (PPE, droite). En France, son parti, l'UMP, lui a préféré Laurent Wauquiez pour les élections régionales au Auvergne-Rhône-Alpes. 

"Son job : que les 27 restent groupés"

Avec l'Europe, Michel Barnier se voit offrir un nouveau défi. Dans un premier temps, Jean-Claude Juncker le nomme en février 2015 conseiller spécial pour la politique de défense et de sécurité, avant de lui confier la très difficile négociation du Brexit après la décision des Britanniques de quitter l'UE en juin 2016. "Son job, c'était que les 27 restent groupés et qu'on puisse avoir avec les Britanniques des discussions franches", commente en novembre 2018 Jean-Dominique Giuliani, de la Fondation Robert-Schuman. 

Pour Juncker, Michel Barnier est le candidat idéal. Son parcours plaide pour lui : l'homme a en effet siégé dans plusieurs gouvernements de droite en France dans les années 1990 et 2000, avec des portefeuilles variés (Affaires européennes, Environnement, Agriculture etc), a été commissaire européen à deux reprises, chargé des Politiques Régionales et du cadre financier (1999-2004), puis responsable du Marché Intérieur et des Services (2009-2014). "Il connaît les problèmes britanniques sur lesquels on va devoir négocier", avait d'ailleurs estimé Jean-Claude Juncker.

Une carrière politique précoce

Ces négociations, Michel Barnier a appris à les mener depuis le début de sa carrière. En 1973, il était devenu, à 22 ans, le plus jeune conseiller général de France. Puis, cinq ans après, le plus jeune député de France et enfin le plus jeune président de Conseil général en 1982. Tout cela en Savoie, région où ce père de trois enfants et grand-père a ses racines.

Lire aussi

L'accord mené à bien sur le Brexit, Michel Barnier va-t-il donner un nouvel élan à sa carrière ? Pour beaucoup, cela le positionne pour la suite comme un président de la Commission potentiel. Le bras de fer du Brexit terminé, son avenir devrait s'écrire à Bruxelles. 

"Cet accord demandera des efforts, je le sais, mais l'UE sera présente aux côtés des pêcheurs européens pour les accompagner, c'est notre engagement", a commenté le principal intéressé ce jeudi lors d'une conférence de presse durant laquelle il commentait la mise en œuvre de l'accord tant attendu.

Sur le même sujet

Lire et commenter