Ado noir tué par la police dans le Missouri : une nouvelle affaire Trayvon Martin ?

International
DirectLCI
ETATS-UNIS - De violents affrontements entre la police et des manifestants ont secoué dimanche la petite ville de Ferguson, dans le Missouri. La situation a dégénéré après qu'un jeune Afro-Américain, désarmé, a été abattu par un policier lors d'une altercation. Les internautes dénoncent déjà une nouvelle affaire Trayvon Martin, cet adolescent noir abattu par un voisin en Floride en 2012.

Une nouvelle affaire Trayvon Martin  ? Emeutes, pillages et violents affrontements ont secoué dimanche la petite ville de Ferguson, dans le Missouri (Mid-Ouest des Etats-Unis), suite à la mort d'un jeune homme afro-américain, abattu la veille par un officier de police. Les circonstances du décès de Michael Brown, 18 ans, restent floues. Mais sur les réseaux sociaux comme dans les rues de cette ville de 20.000 habitants, beaucoup dénoncent déjà une bavure policière sur fond de racisme. La victime était en effet désarmée au moment des faits.

D'après des témoins, Michael marchait dans la rue avec un ami, samedi soir, quand une voiture de police s'est arrêtée à leur niveau. Une altercation a alors éclaté entre le jeune homme et l'officier, qui a tiré sur le garçon à plusieurs reprises. Certains médias parlent d'une dizaine de balles . Son ami  affirme  que le policier a demandé aux deux hommes de "remonter sur le putain de trottoir" avant d'attraper Brown par le cou depuis la fenêtre de son véhicule. Le policier a tiré sur l'adolescent, qui s'est alors "retourné et a mis les mains en l'air", mais le policier a continué à tirer, selon ce témoin. La police de Ferguson assure de son côté que Michael Brown était à l'origine de l'altercation et qu'il aurait tenté de s'emparer de l'arme du policier. Une autopsie est en cours pour savoir combien de balles a reçues la victime. 

Le drame rappelle l'affaire Trayvon Martin, un Afro-Américain de 17 ans abattu en 2012 en Floride par un membre de la patrouille de surveillance de son quartier, George Zimmerman. Ce dernier, qui estimait que le jeune homme avait un "comportement suspect", avait tué le jeune Trayvon d'une balle dans le ventre. La victime, désarmée, ne tenait à la main qu'un paquet de bonbons. Outre le débat sur le port d'armes, l'affaire avait soulevé la polémique sur la violence policière à l'égard de la communauté noire. Le président Barack Obama lui-même avait dénoncé la "défiance" des autorités à l'égard des Afro-Américains dans le pays. "Il y a 35 ans, j'aurais pu être Trayvon Martin", avait même déclaré, avec gravité, le Président.

Comme dans l'affaire Trayvon Martin, le drame de Ferguson met en relief les tensions entre une police locale majoritairement blanche et les habitants de la communauté à majorité noire, souligne le journal local, le Saint Louis Post-Dispatch . Après une manifestation dans la ville, la situation a dégénéré : de violents affrontements ont éclaté entre plusieurs individus et des forces de l'ordre et plusieurs commerces ont été victimes de pillages. Près de 150 policiers anti-émeutes ont été déployés. Lundi matin, la police effectuait encore des patouilles afin de maintenir le calme, selon les journalistes sur place.

La colère, elle, ne retombe pas. Sur Twitter, les internautes réclament justice pour Mike Brown et évoquent d'autres cas similaires dans le pays. Jeudi dernier encore, dans l'Ohio, un père de famille noir a été abattu par la police dans un supermarché Walmart parce qu'il tenait à la main un fusil... qui s'est avéré être un jouet, pris en rayon.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter