Migrants bloqués à bord du Diciotti : la justice ouvre une enquête contre Matteo Salvini pour "séquestration"

International

AFFAIRE - Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, est visé par une enquête pour séquestration. En cause : 150 migrants sont bloqués à bord d'un navire des garde-côtes italiens à quai en Sicile, le gouvernement italien leur ayant refusé le droit de débarquer. Leur situation devrait pourtant se débloquer bientôt.

L'intransigeance envers les migrants du ministre italien de l'Intérieur pourrait bien lui valoir des ennuis judiciaires. La justice italienne a ouvert samedi une enquête contre Matteo Salvini, patron de la Ligue (extrême droite), pour "séquestration de personnes, arrestations illégales et abus de pouvoir" dans l'affaire des migrants retenus à bord du navire Diciotti, rapporte notamment La Repubblica.

Le navire des garde-côtes italiens Diciotti est au port de Catane, en Sicile, avec près de 150 migrants à bord. Le gouvernement italien ne les laisse pas descendre et a sommé la Commission européenne de parvenir à un accord sur la répartition de ces personnes.

Lire aussi

Le chef de cabinet de Salvini est visé par la même procédure, qui a été déclenchée par le parquet d'Agrigente, en Sicile, mais qui sera désormais menée par un "tribunal des ministres" de Palerme, le chef-lieu de cette île du sud, selon plusieurs médias italiens. 

Cette enquête ne constitue toutefois pas un danger dans l'immédiat pour le ministre de l'Intérieur car cette procédure devant est assez complexe. En outre, son éventuel renvoi en justice requiert l'autorisation du Sénat, où le gouvernement, dont il est également vice-Premier ministre, dispose de la majorité nécessaire pour la refuser.

"Ils (les magistrats, ndlr) peuvent m'arrêter moi, mais pas la volonté de 60 millions d'Italiens", dont la majorité semble favorable à sa politique, a-t-il dit au cours d'une réunion politique dans le nord de l'Italie.

Au cours de la même réunion, il a toutefois ouvert la porte à une rapide sortie de crise pour les passagers du Diciotti. "Les migrants à bord débarqueront dans les prochaine heures. Une grande partie sera hébergée par l'Eglise italienne, par les évêques qui ont ouvert leurs portes, leurs coeurs et leurs portefeuilles", a-t-il annoncé. Des sources au ministère de l'Intérieur ont assuré que les opérations de débarquement débuteraient bientôt. 

Lire et commenter