Affaire Skripal : Poutine défend deux "civils" russes, des "mensonges" selon Londres

Affaire Skripal : Poutine défend deux "civils" russes, des "mensonges" selon Londres

International
DirectLCI
ESPIONNAGE - La président russe a affirmé mercredi que son pays a identifié les hommes soupçonnés par Londres d'avoir empoisonné l'ex-espion russe Sergueï Skripal. Londres a aussitôt dénoncé des "mensonges".

Le torchon brûle encore entre Moscou et Londres. Une semaine après avoir lancé un mandat d'arrêt contre deux officiers russes, qui seraient impliqués dans l'empoisonnement de l'ex-espion Sergueï Skripal et sa fille Ioulia en mars, Vladimir Poutine a assuré ce mercredi qu'il s'agissait en réalité de "civils". Deux individus qui n'auraient rien fait de "criminel". Downing Street n'y croit guère, accusant dans la foulée le Kremlin de "mensonges".

"Nous savons de qui il s'agit, nous les avons trouvés. Nous espérons qu'ils apparaîtront eux-mêmes au grand jour pour dire qui ils sont", a déclaré dans la matinée Vladimir Poutine lors d'un forum économique dans l'Extrême-Orient russe. "Ce sont des civils bien sûr. Je vous assure qu'il n'y a là rien de criminel", a-t-il poursuivi, laissant entendre que ces deux hommes n'avaient rien à voir dans l'empoisonnement de Salisbury, dans le sud-ouest de l'Angleterre.

En vidéo

Affaire Skripal : la fille de l'ex-agent russe sort du silence

"Rien n'a changé"

La chaîne publique de télévision Rossia 24 a quant à elle diffusé mercredi un enregistrement de ce qu'elle affirme être une interview avec le suspect Alexandre Petrov. Ce dernier y affirme "n'avoir pas de commentaires à faire pour le moment, mais peut-être plus tard, la semaine prochaine." Les médias russes ont par ailleurs rapporté qu'un homme du nom d'Alexandre Petrov travaillant dans le milieu pharmaceutique à Tomsk (Sibérie) avait rejeté toute implication dans l'affaire.


Une version des faits à laquelle ne croient guère les autorités anglaises. "Nous avons demandé de manière répétée des comptes à la Russie sur ce qui s'est passé à Salisbury en mars, ils n'ont répondu que par des mensonges. Rien n'a changé", a réaffirmé un porte-parole de Downing Street lors d'un point presse. Selon Londres, l'attaque a été perpétrée par deux officiers du GRU, identifiés par la police britannique comme étant les ressortissants russes Alexandre Petrov et Rouslan Botchirov, deux noms que la police soupçonne d'être des noms d'emprunt. Ils font l'objet d'un mandat d'arrêt.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter