Affaire Weinstein : le producteur cachait une "liste noire" de 91 personnes susceptibles de l’accuser

RÉVÉLATION - Le journal britannique The Observer a mis la main sur une liste de 91 noms de l'industrie cinématographique susceptibles de mettre à mal Harvey Weinstein. Le producteur américain, auteur de ce document, avait engagé une équipe chargée d'enquêter sur les intentions de ces personnes.

Il se savait en danger et a tenté le tout pour le tout pour écraser ceux qui auraient pu lui nuire. C'est en tout cas ce que révèle le journal britannique The Observer qui s'est procuré une liste de 91 noms, éditée par Harvey Weinstein lui-même. Des producteurs, des financiers et des actrices, tous travaillant dans l'industrie cinématographique, que le producteur aurait identifié à risque et capables de divulguer des faits d'agressions ou de harcèlements sexuels présumés dont il serait l'auteur. 


Le producteur aurait embauché une équipe chargée d'enquêter sur ces personnes, afin de découvrir ce qu'elles savaient à propos des accusations d'abus sexuel contre lui et si elles avaient l'intention de parler, et surtout, si elles avaient l'intention d'en parler publiquement. Mais ce document en question, rédigé début 2017, selon le journal, soit environ neuf mois avant la parution dans le New York Times de l'enquête très fournie du journaliste Ronan Farrow, n'aura pas suffi à empêcher la tempête médiatique qui s'en est suivie. 

43 hommes et 48 femmes ciblés

Toutes les informations recueillies par les enquêteurs devaient ensuite être transmis à Harvey Weinstein et à ses avocats. Sans doute pour assurer sa défense. Dans le détail, cette liste recensait 43 hommes et 48 femmes, basées à Londres, New York et Los Angeles pour la majorité. On apprend que "plus de 50 noms ont été colorés en rouge pour mettre en évidence ceux qui devraient être priorisés". Parmi ces noms, on retrouve celui des actrices Rose McGowan, Sophie Dix ou encore Laura Madden.

Un porte-parole du producteur a rejeté ces informations selon lesquelles l'homme avait engagé des enquêteurs pour mettre un terme aux poursuites. "C'est une fiction de suggérer que des individus ont été ciblés ou réprimés à n'importe quel moment.", a-t-il déclaré. L'actrice italienne, Asia Argento, l'une des victimes présumées d'Harvey Weinstein, a réagi à l'existence de cette liste sur Twitter. Pour elle, cette nouvelle révélation est une preuve supplémentaire que le producteur avait "conscience de sa culpabilité". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Hollywood : le scandale Harvey Weinstein

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter