Affaire Weinstein : un juge new-yorkais annule l'un des six chefs d'accusation contre le producteur déchu

International
JUSTICE - Ce jeudi, un juge new-yorkais a annulé l'un des six chefs d'accusation qui pesaient sur l'ex magnat d'Hollywood. Une victoire pour la défense, qui réclame toujours l'annulation du dossier dans son intégralité. Harvey Weinstein demeure inculpé pour trois chefs d'accusation.

Benjamin Brafman et son client Harvey Weinstein peuvent souffler... un peu. Ce jeudi, un juge new-yorkais a annulé l'un des six chefs d'accusation qui pesaient sur  Harvey Weinstein. Une victoire pour la défense, qui réclame toujours l'annulation du dossier et le tout, avec l'aval du ministère public qui avait accepté cette annulation, suite à la remise en cause du témoignage de Lucia Evans qui accuse Weinstein de fellation forcée en 2004. 


Selon Ben Brafman, c'est un document versé au dossier contredisant la version de Lucia Evans, qui a fait pencher la balance, dans cette annulation. Selon le New York Post et  TMZ, citant des sources policières, le principal enquêteur de l'affaire au sein de la police new-yorkaise ferait désormais lui-même l'objet d'investigations pour n'avoir pas signalé au procureur un témoignage qui contredirait celui de Lucia Evans. Le témoin aurait affirmé que Lucia Evans lui avait dit avoir fait une fellation au producteur hollywoodien pour obtenir un rôle, alors qu'elle a affirmé aux enquêteurs qu'il l'avait forcée.

Alors dans le clan Weinstein, on se félicite de cette décision. "C'est un développement très important", a commenté après l'audience, le conseil du producteur déchu. Il a même laissé entendre que le ministère public devrait poursuivre Lucia Evans pour parjure.

Le clan Weinstein se défend de "stigmatiser les victimes"

Le clan cherche à faire annuler toute la procédure et pour cela, il a déposé, début août, un recours en ce sens, produisant des éléments visant à discréditer une autre des trois femmes se disant victimes d'Harvey Weinstein. Se défendant de "stigmatiser les victimes ou de suggérer qu'une femme qui témoigne ne devrait pas être crue", Brafman a expliqué qu'il s'agissait là, de la preuve "qu'une personne qui a témoigné a menti devant un grand jury". 

Harvey Weinstein a été interpellé en mai dernier, à New York, huit mois après la publication des premières accusations de harcèlement sexuel, d'agressions sexuelles et de viol. Dans la foulée, il a été inculpé de viol, d'acte sexuel forcé et de fellation forcée.


Il a reconnu plusieurs relations avec des femmes qui se présentent comme victimes, notamment la principale victime présumée du dossier pénal, mais a toujours soutenu que ces rapports étaient consentis. Aujourd'hui, il demeure inculpé pour agression sexuelle, sur une femme en 2006 et pour des viols présumés en 2010 et en 2013. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Hollywood : le scandale Harvey Weinstein

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter