Affaire Maddie : comment la police allemande est passée à côté du suspect en 2013

Affaire Maddie : comment la police allemande est passée à côté du suspect en 2013
International

FAIT DIVERS - La police allemande est mise en cause dans l'enquête sur la disparition de la petite Britannique pour avoir informé cet homme dès 2013 qu'elle le soupçonnait.

Un suspect derrière les barreaux, des preuves entre les mains des enquêteurs : l'affaire Maddie s'est brusquement accélérée ces derniers jours. Non pas au Portugal où la fillette a disparu depuis treize ans, mais en Allemagne. La police soupçonne en effet un pédophile multirécidiviste actuellement en détention à Kiel. Un homme que les enquêteurs connaissent bien, puisqu'ils sont sur ses traces depuis… 2013.

Selon le quotidien Der Spiegel, la police allemande s'était penchée cette année-là sur Christian B. à la suite d'informations transmises par un homme. Celui-ci affirmait alors avoir été un collègue de travail au moment des faits. Compte-tenu de ce témoignage, la police de Brunswick, dans le nord-ouest de l'Allemagne, avait immédiatement convoqué l'individu, alors âgé de 36 ans, pour l'entendre en tant que témoin.

Une autre enquête rouverte

Dans ce courrier officiel adressé au suspect le 4 novembre 2013, que Der Spiegel assure avoir lu, la police disait clairement au suspect qu'elle voulait l'entendre sur l'affaire Maddie. Conséquence : cela avait donné à Christian B. suffisamment de temps pour détruire d'éventuelles preuves. "Cela n'aurait pas dû se passer ainsi et ne correspond en aucun cas à la procédure usuelle dans un cas aussi délicat", déplore un policier dans Der Spiegel. D'ordinaire, les enquêteurs cherchent d'abord à réunir des informations sans confronter frontalement un éventuel criminel.

Lire aussi

Ni l'avocat ni la police de Brunswick n'ont voulu réagir aux informations du magazine. La police allemande, elle, est sous le feu des critiques pour sa gestion de l'affaire. Cette dernière pourrait connaitre de nouveaux rebondissements : les autorités étudient désormais un éventuel parallèle avec une autre disparition, celle de la petite Inga en 2015 dans une forêt de la région allemande de Saxe-Anhalt. Plusieurs autres meurtres non élucidés d'enfants ou adolescents en Europe, notamment en Belgique et Pays-bas, font aussi l'objet de vérifications visant à établir si le suspect pourrait y être mêlé. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent