"Operation Grange", une cellule aux moyens colossaux pour retrouver Maddie McCann

Maddie McCann
International

AFFAIRE MCCANN - Les enquêteurs britanniques ont recueilli de nouveaux éléments sur la disparition de Maddie McCann il y a treize ans au Portugal. Un signe de la ténacité des policiers de l'"Operation Grange".

Une éternité. Voilà treize ans que la petite Maddie McCann a disparu, lors de vacances en famille au Portugal. Depuis, entre rebondissements et fausses pistes, des détectives cherchent à savoir ce qui est arrivé à la petite fille. Ce mercredi, les enquêteurs britanniques du MET ont lancé un appel au public pour recueillir des informations concernant deux voitures ainsi que deux numéros de téléphone utilisés par l'homme suspecté d'avoir enlevé la fillette. Il s'agit d'un pédophile allemand actuellement emprisonné en Allemagne pour une toute autre affaire. 

Ces nouvelles informations provient d'une cellule particulière, baptisée "Operation Grange", et dirigée par Mark Cranwell. Elles sont l'aboutissement de près de trois ans de travail en coopération avec la police portugaise et l'office fédéral de la police allemande, alors même que cette cellule d'investigation a vu ses moyens se réduire au fil des années. 

Lire aussi

Une cellule réclamée par les parents de Maddie

C'est en mai 2011, soit quatre ans après la disparition de Maddie que cette cellule d'enquête a été mise en place, après les demandes répétées et désespérées des parents de la petite fille, Kate et Gerry McCann de rouvrir l'enquête alors que la police portugaise avait clôt la sienne. Le Premier ministre britannique David Cameron avait alors donné son feu vert, tout comme la ministre de l'Intérieur de l'époque, Theresa May, afin que la police de Londres "apporte sa propre expertise dans cette affaire"

Lire aussi

Une trentaine de personnes sont alors chargées d'analyser près de 40.000 documents et obtenu l'accès à toutes les preuves recueillis par la police portugaise et les enquêteurs privés. Un travail colossal et inédit qui s'effectuent dans les bureaux de police de Belgravia, un quartier huppé de Londres : cette opération de défrichage a pris pas moins de quatre ans. Selon The Guardian, aucune arrestation n'a été effectuée au cours de ces quatre années mais les agents ont enquêté sur 60 personnes, 650 délinquants sexuels connus, recueilli 1338 déclarations, 1027 pièces à conviction, étudié 560 pistes et reçu près de 200 mails de signalements par semaine. 

Des fonds spéciaux du ministère de l'Intérieur

Un travail colossal financé par un fonds spécial et spécifique du ministère britannique de l'Intérieur dont le budget est révisé à chaque étape. Il a ainsi coûté 1.929.354 de livres sterling pour l'année fiscale courant de 2011 à 2012, puis 2.770.387 de livres entre 2012 et 2013, ainsi que 1.254.705 livres jusqu'en 2014. En 2015, la cellule a vu son équipe divisée par sept : d'une trentaine de personnes, elle n'en comptait plus que 4. 

Actuellement, ce sont toujours quatre officiers de police qui travaillent sur l'affaire. En tout, ce sont près de 12 millions de livres qui ont été investis dans cette enquête depuis le départ, la police devant demander le financement de ces enquêtes régulièrement. Le dernier financement, obtenu l'année dernière, indiquait que l'opération Grange allait être financée jusqu'en mars 2020. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent