Affaire Navalny : Macron dénonce une "tentative d'assassinat" et demande "toute la lumière" à Poutine

L'état de santé d'Alexeï Navalny est très préoccupant
International

RÉACTION - Le président de la République a réclamé ce lundi à son homologue russe, Vladimir Poutine, que "toute la lumière soit faite, sans délai" sur "la tentative d'assassinat" de l'opposant Alexeï Navalny.

"Une clarification est nécessaire de la part de la Russie." Emmanuel Macron s'est entretenu ce lundi matin avec Vladimir Poutine et lui a demandé que "toute la lumière soit faite, sans délai" sur la "tentative d'assassinat" de l'opposant russe Alexeï Navalny, qu'il qualifie "d'empoisonnement", selon un communiqué de l'Élysée. Réclamant "une enquête crédible et transparente", le chef de l'Etat a souligné que "la France partage, sur la base de ses propres analyses, les conclusions de plusieurs de ses partenaires européens sur les faits d'empoisonnement à l'aide d'un agent neurotoxique Novitchok".

Des laboratoires français et suédois ont en effet confirmé qu'Alexeï Navalny avait bel et bien été empoisonné au Novitchok, accentuant la pression mise sur Moscou pour faire la lumière sur cette affaire. Un laboratoire militaire allemand avait déjà conclu le 3 septembre à l'empoisonnement de l'opposant russe, âgé de 44 ans, par ce puissant agent neurotoxique, ce que Moscou conteste. "Trois laboratoires ont fourni de manière indépendante la preuve qu'un agent neurotoxique du groupe Novitchok est la cause de l'empoisonnement de M. Navalny" a martelé le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert.

Lire aussi

Pour étayer la thèse d'un usage de cet agent neurotoxique, le gouvernement d'Angela Merkel a donc "demandé à d'autres partenaires européens, à savoir la France et la Suède, de vérifier de manière indépendante les preuves allemandes", a annoncé ce matin le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert. "Les résultats de cet examen par des laboratoires spéciaux en France et en Suède sont maintenant disponibles et confirment les preuves allemandes", a révélé le porte-parole.

En vidéo

Alexeï Navalny empoisonné : pourquoi le Kremlin est pointé du doigt ?

Dans la foulée de la sortie médiatique d'Emmanuel Macron, le Kremlin a réagi en dénonçant des accusations "non étayées", "malvenues" et "fondées sur rien". Vladimir Poutine a aussi réclamé une nouvelle fois que l'Allemagne lui fournisse les échantillons qui permettent de conclure à l'utilisation d'une substance de type Novitchok. Les autorités russes n'avaient, elles, rien décelé de la sorte au moment de leurs analyses effectuées à Omsk avant le transfert de Navalny vers l'Allemagne

Toute l'info sur

Le mystérieux empoisonnement d'Alexeï Navalny

Depuis plusieurs semaines, le grave malaise d'Alexeï Navalny alimente l'actualité. Les médecins allemands au chevet de l'opposant russe disent avoir trouvé les traces d'un empoisonnement à un agent innervant de type Novitchok, substance conçue à l'époque soviétique à des fins militaires. Il se présente le plus souvent sous la forme d'une fine poudre susceptible de pénétrer dans les pores de la peau ou les voies respiratoires. Les critiques à l'encontre de la Russie se sont depuis multipliées, allant même jusqu'à des menaces de sanctions de la part de l'UE et de l'Allemagne. 

Ce lundi, l'hôpital de la Charité a estimé qu'Alexeï Navalny pouvait désormais quitter "temporairement son lit", son état de santé "s'améliorant". "Le patient pourrait être complètement sevré de la ventilation artificielle", ajoute l'établissement dans un communiqué.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent