Affaire Pegasus : NSO, l'entreprise israélienne au cœur des accusations d’espionnage

Le siège de NSO Group, en Israël

PEGASUS - Plusieurs États ont acheté un logiciel d’espionnage à une société israélienne dénommée NSO, selon une vaste enquête internationale menée par 17 médias. Créée en 2010, cette société s'est peu à peu imposée dans le domaine de la surveillance téléphonique.

Des dizaines de milliers de numéros infiltrés et écoutés par des gouvernements. Selon une enquête d’un consortium de 17 médias internationaux, des États, comme le Maroc ou la Hongrie, ont passé commande auprès d’une société israélienne pour utiliser son logiciel espion, Pegasus. Au total, ce sont près de 50.000 personnalités -parmi lesquels on trouve des politiques, des militants ou des journalistes, qui ont pu être écoutés via ce procédé. L’entreprise NSO est au cœur de ces révélations.

Toute l'info sur

L'affaire Pegasus, un espionnage au niveau mondial

Le Mexique, client fidèle de NSO

Simple startup créée en 2009 et implantée dans la ville israélienne d’Herzliya, le groupe a été racheté en 2014 par la société américaine Francisco Partners pour la somme 145 millions de dollars et s’est imposé peu à peu dans le domaine de la surveillance téléphonique, comme le raconte Le Monde, l’une des rédactions ayant participé à l’enquête. En effet, avec son logiciel Pegasus, l’entreprise a fidélisé une clientèle triée sur le volet parmi les dirigeants mondiaux. 

Le Mexique est le premier pays à l’avoir expérimenté dès les années 2010 avant de devenir un client habituel de NSO. Et le gouvernement mexicain n’hésite pas à investir dans Pegasus : en 2012, il débourse par exemple 20 millions de dollars pour user des services de la société. Le Panama a également fait appel aux outils de surveillance de NSO, comme a pu le révéler la fuite des mails de l’entreprise Hacking Team, entreprise italienne de sécurité informatique. 

Des micros activés et des mails récupérés

Mais Pegasus est également accusé en 2016 d’avoir être utilisé à l’encontre du défenseur des droits de l’homme Ahmed Mansoor, ennemi du régime émirati, d’après le laboratoire Citizen Lab. Une première tentative de piratage d'un téléphone à distance, en faisant de celle-ci "une découverte rare", s'étonne Citizen Lab qui a eu accès au lien ayant servi de phishing sur le téléphone du militant. Concrètement, le logiciel espion conçu par NSO s’introduit dans un téléphone pour y écouter les discussions de son propriétaire en activant les micros et caméras, mais aussi en extraire l’ensemble de ses messages, mails, photos et contacts. 

Lire aussi

Sur le papier, Pegasus est censé servir à des fins anti-criminelles et anti-terroristes. Or, selon l’enquête du consortium de médias, des dizaines de milliers de personnes n'ayant aucun lien avec la criminalité ont été classées comme intéressantes depuis 2016 par la société et sont aujourd'hui concernées par cet espionnage. Contactée par les journalistes, l’entreprise a nié "fermement les fausses accusations" portées contre elle, les qualifiant sur son site internet de "suppositions erronées et de théories non corroborées". "NSO vend ses technologies uniquement aux forces de l'ordre et aux agences de renseignement des gouvernements contrôlés dans le seul but de sauver des vies en empêchant les actes criminels et terroristes. NSO n'exploite pas le système et n'a aucune visibilité sur les données", a renchéri le groupe dans ce communiqué.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 25.000 nouveaux cas en 24h, 22 décès enregistrés

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

Variant Delta : où se contamine-t-on le plus ?

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.