Affaire Skripal : la fille de l'ex-agent russe va mieux (mais son père est toujours dans un état critique)

RÉTABLISSEMENT - L'état de santé de Ioulia Skripal "s'améliore rapidement", selon l'hôpital britannique où elle est soignée avec son père, un ancien agent russe. Tous deux ont été retrouvés empoisonnés par un produit innervant en Angleterre le 4 mars. Depuis Londres et Moscou vivent une crise diplomatique à laquelle les Etats-Unis et l'Europe notamment se sont mêlés.

Ses jours ne sont plus en danger. Ioulia Skripal, la fille de l'ancien espion russe Sergueï Skripal, "s'améliore rapidement", indique ce jeudi 29 mars 2018 l'hôpital de Salisbury. Elle y est soignée avec son père depuis qu'ils ont été retrouvés empoisonnés le 4 mars dans cette ville du sud-ouest de l'Angleterre.


"Je me réjouis de pouvoir vous annoncer une amélioration de l'état de Ioulia Skripal. Elle a bien répondu au traitement mais continue à recevoir des soins cliniques spécialisés 24 heures sur 24. Elle n'est plus dans un état critique", a déclaré une responsable de cet établissement hospitalier. Selon la BBC, la jeune femme de 33 ans est consciente et peut parler. 

En vidéo

Affaire Skripal : Moscou riposte aux accusations de Londres

Son père, en revanche, est toujours dans un état critique mais stable, toujours selon l'hôpital. Quant à la troisième victime, le policier, intervenu pour secourir le père et la fille empoisonné, il a pu sortir aujourd'hui de l'hôpital.


Selon les enquêteurs britanniques, c'est sur la porte d'entrée du domicile de Sergueï Skripal que la plus haute concentration de l'agent neurotoxique utilisé comme poison a été retrouvée. Celui-ci est un ancien colonel du service de renseignement de l'armée russe. Il avait été arrêté et condamné en 2006 à Moscou pour "haute trahison" au profit de Londres, puis échangé en 2010 dans le cadre d'un échange d'espions.

Londres a ouvertement accusé Moscou d'être responsable de son empoisonnement. Ce que Moscou dément. En soutien au Royaume-Uni, différents pays dont les Etats-Unis, le Canada, l'Australie, la France et de nombreux membres de l'Union européenne ont expulsé de façon concertée 120 diplomates russes lundi 26 mars. La Russie a répliqué ce jeudi en annonçant expulser 60 diplomates américains. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Ex-espion russe empoisonné : une affaire au parfum de guerre froide

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter