Empoisonnement au Novitchok : la police détaille l'itinéraire des deux suspects russes

Empoisonnement au Novitchok : la police détaille l'itinéraire des deux suspects russes

DirectLCI
ESPIONNAGE - Deux Russes sont suspectés d'être les auteurs de la tentative d'empoisonnement contre l'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia le 4 mars à Salisbury. Un mandat d'arrêt a été émis à leur encontre mercredi.

"L'une des enquêtes les plus complexes jamais entreprises par la police antiterroriste". Devant la presse, le patron de l'antiterrorisme britannique Neil Basu a tenté de reconstituer mercredi l'escapade londonienne de deux Russes, suspectés de la tentative d'empoisonnement contre un ancien espion et sa fille, en mars dernier. Une affaire qui "empoisonne" également les relations entre Londres et Moscou, Vladimir Poutine ayant été tenu pour responsable ce jeudi.


L'affaire de l'empoisonnement de Sergueï Skripal et sa fille Ioulia a débuté le vendredi 2 mars à l'aéroport de Gatwick. C'est là que deux individus, identifiés comme Alexander Petrov et Ruslan Bochirov à partir de leurs passeports russes, arrivent à 15h00 heure locale. Leur provenance ? Moscou, depuis le vol SU2588 de la compagnie russe Aeroflot. Toujours selon les autorités britanniques, ils rejoignent aussitôt le centre de Londres, en train. Ils utilisent ensuite les transports en commun pour aller au City Stay Hotel, sur Bow Road, dans l'est de la capitale. Ils y séjourneront deux nuits. C'est là que la police retrouvera dans leur chambre des traces de Novitchok, l'agent innervant hautement toxique utilisé contre les Skripal.

La porte d'entrée contaminée avec le Novitchok

Le samedi 3 mars, les deux quadragénaires, soupçonnés d'appartenir aux services de renseignement russes, utilisent de nouveau les transports en commun pour se rendre à la gare de Waterloo. Ils prennent un train à destination de Salisbury, où réside Sergueï Skripal. Ils arrivent dans cette ville du sud-ouest de l'Angleterre vers 14h25, où ils y resteront moins de deux heures. "Nous estimons que c'était un voyage de reconnaissance", a affirmé Neil Basu. Ils reprennent le train vers Londres vers 16h10, comme le montrent les images de vidéosurveillance de la gare de Salisbury. Ils seront de retour à leur hôtel à 20h05 ce soir-là.


Le dimanche 4 mars, les deux suspects quittent le City Stay Hotel vers 8h05, et effectuent le même trajet vers Salisbury, en passant par la gare de Waterloo. Les caméras de vidéosurveillance enregistrent leur passage à proximité de la maison de Sergueï Skripal, sur Wilton Road, à 11h58. "Nous pensons qu'ils ont contaminé la porte d'entrée avec le Novitchok", a affirmé Neil Basu. A 13H08, les deux suspects sont filmés en train de remonter Fisherton Street, vers la gare de Salisbury. Ils montent dans le train à 13h50.

"Poutine est responsable en dernier ressort"

A 16h15, la police locale reçoit un appel d'un passant inquiet de l'état de santé de deux personnes, retrouvées inconscientes sur un banc. Elle intervient pour prendre en charge les deux victimes, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, qui sont "dans un état critique". Au même moment, à 16h45, Alexander Petrov et Ruslan Bochirov arrivent à la gare de Waterloo. Ils quittent Londres à 18h30 en transports en commun, en direction de l'aéroport d'Heathrow. Ils s'enregistrent à 19h28 et embarquent à bord du vol SU2585 d'Aeroflot, qui décolle à 22h30 pour Moscou. "Nous n'avons aucun indice qui indiquerait qu'ils sont revenus au Royaume-Uni depuis cette date", a souligné la police.


Sur la base des avancées de son enquête, le Royaume-Uni a émis un mandat d'arrêt à l'encontre des deux officiers. Theresa May a laissé entendre que Londres ne demanderait pas l'extradition des deux suspects, faute de pouvoir s'assurer d'une coopération satisfaisante de Moscou. La Première ministre britannique a par ailleurs tenu l'Etat russe pour responsable de l'attaque. Son secrétaire d'Etat à la Sécurité, Ben Wallace, a renchéri en blâmant nommément Vladimir Poutine : "En dernier ressort, bien sûr, il est responsable, c'est le dirigeant de l'Etat", a-t-il dit sur la BBC.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter