Classes non-mixtes, niqab obligatoire... les étudiantes afghanes font leur rentrée à l'épreuve du régime taliban

Classes non-mixtes, niqab obligatoire... les étudiantes afghanes font leur rentrée à l'épreuve du régime taliban

ÉDUCATION - Selon un décret publié par le nouveau régime taliban, les étudiantes afghanes devront porter une abaya noire assortie d'un niqab couvrant le visage. Elles devront aussi suivre leurs enseignements dans des classes non-mixtes.

Une rentrée sous tension, forcément. Après la prise de pouvoir des talibans à Kaboul et à la veille de la rentrée universitaire, les jeunes Afghanes se retrouvent confrontées à de nouvelles restrictions. Selon un décret récemment publié par le nouveau régime, les étudiantes devront porter une abaya noire (large voile couvrant le corps), assortie d'un niqab (vêtement couvrant le visage, mais laissant apparaître les yeux). 

Elles recevront aussi un enseignement dans des classes non-mixtes. Une mesure difficilement applicable pour un professeur d'université, interrogé par l'AFP mais qui a requis l'anonymat : "ça va être compliqué d'un point de vue pratique, nous n'avons pas suffisamment d'enseignantes ni suffisamment de salles de classe pour séparer les filles" des garçons.

Toute l'info sur

L'Afghanistan aux mains des talibans

Les femmes inscrites dans des universités privées devront également quitter la classe cinq minutes avant les élèves garçons et patienter dans des salles d'attente le temps que ces derniers aient quitté les lieux, indique le document du ministère de l'Enseignement supérieur daté de samedi. 

Le problème du recrutement

Par ailleurs, les universités seront tenues de "recruter des enseignantes pour les étudiantes" ou tenter de recruter "des enseignants âgés" dont la moralité aura été passée au crible. 

Lire aussi

Lors du premier passage au pouvoir entre 1996 et 2001, la règle de la non-mixité avait empêché la quasi-totalité des femmes d'étudier. Le port de la burqa, long voile couvrant complètement la tête et le corps, muni d'un grillage dissimulant les yeux, était alors obligatoire. 

La question des droits des femmes est celle sur laquelle la nouvelle mouture du mouvement islamiste est le plus attendu par la communauté internationale. Cette dernière, ainsi qu'une partie de la population afghane, garde en effet en mémoire la brutalité du mouvement islamiste qui s'efforce, depuis son retour au pouvoir, de montrer un visage plus modéré. 

Avant le retour des talibans, les étudiantes afghanes pouvaient suivre les cours dans des classes mixtes et assister à des séminaires donnés par des hommes.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Soldat tué au Mali : le caporal-chef Maxime Blasco, un militaire de 34 ans au parcours "admirable"

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

Éruption du volcan aux Canaries : comment expliquer l'arrivée en France du nuage de dioxyde de soufre

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : la chanteuse Lola Dubini est éliminée dès son premier prime

Global Citizen Live : tout ce qu’il faut savoir sur le concert événement diffusé samedi sur TMC

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.