Afghanistan : le pont aérien français s'arrêtera jeudi si les États-Unis se retirent le 31 août

Afghanistan : le pont aérien français s'arrêtera jeudi si les États-Unis se retirent le 31 août

ÉVACUATIONS - Les exfiltrations de ressortissants français et d'Afghans cherchant à fuir la menace des talibans pourraient prendre fin dès ce jeudi 26 août si les forces américaines quittent le territoire comme prévu au 31 août. "Il nous reste trois jours", avertit un haut diplomate français.

La date pourrait d'ores et déjà être arrêtée : le pont aérien mis en place par la France pour exfiltrer de Kaboul des Afghans voulant échapper aux talibans s'achèvera jeudi 26 août si les États-Unis se retirent comme prévu d'Afghanistan au 31 août, a déclaré ce mardi un haut diplomate français.

Si les forces américaines quittent le territoire à cette date butoir, "pour nous, en termes de rétroplanning, cela veut dire que notre opération se termine jeudi soir. Donc, il nous reste trois jours", a expliqué le directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères, Nicolas Roche, au Premier ministre Jean Castex, en présence de journalistes.

Toute l'info sur

L'Afghanistan aux mains des talibans

Le Premier ministre a également indiqué ce mardi depuis un hôtel de la banlieue parisienne où des ressortissants afghans sont rapatriés que "si la date du 31 août venait à être confirmée, pour la France, ce serait une date même un peu antérieure" pour mettre fin aux évacuations. "On a la volonté de traiter le plus de cas possibles", a-t-il ajouté. "La priorité est d’évacuer les gens sur la base des critères qu’on a définis. Notre deuxième devoir est de bien accueillir et intégrer les familles qui sont sur notre sol et souhaitent y demeurer."

120.000 appels passés au Quai d'Orsay pour rapatrier des ressortissants afghans

Depuis la chute de Kaboul, désormais tombée aux mains des talibans, le 15 août dernier, près de 2000 personnes ont déjà été évacuées du pays par le pont aérien mis en place par la France pour exfiltrer Français et Afghans menacés. 

Le ministère des Affaires étrangères a identifié encore 62 Français qui restent à évacuer, et de très nombreux Afghans ont sollicité une exfiltration que les autorités examinent. Lors de la visite du centre de crise et de soutien (CDCS) du ministère des Affaires étrangères, Jean Castex a souligné la nécessité "de distinguer les urgences, ce qui nécessite des réponses rapides, du reste". Le CDCS a ainsi reçu près de 120.000 appels depuis le début du pont aérien, "90% à 95% des appels sont des Afghans réfugiés en France qui s'inquiètent pour leur famille", selon le ministère.

Lire aussi

Les talibans, de leur côté, se sont fermement opposés à tout report du départ des forces américaines en Afghanistan, alors qu'un sommet virtuel du G7 doit faire le point ce mardi sur les évacuations et envisager des sanctions. Plusieurs pays, dont le Royaume-Uni et la France, vont tenter de convaincre les autorités américaines de prolonger leur présence sur place. 

En vidéo

Afghanistan : comment le retour des talibans change-t-il la vie des habitants ?

Mais le scénario reste incertain, "pas seulement à cause de ce que les talibans ont dit, mais (...) peu probable si vous regardez les déclarations publiques du président Biden", a estimé le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, sur la chaîne Sky News. "Cela vaut assurément la peine d'essayer, et nous allons le faire", a-t-il tout de même souligné.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours de récré ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

Prix du carburant : un centime de baisse, est-ce vraiment un demi-milliard en moins pour l'État ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.