Afghanistan : les États-Unis et le Royaume-Uni appellent leurs ressortissants à quitter le territoire immédiatement

Un soldat de l'armée afghane à la frontière à Chaman, le 7 août 2021, après que les Talibans ont pris le contrôle de cette zone frontalière

GUERRE - Après la prise de deux capitales de province par les Talibans, les ressortissants des États-Unis et du Royaume-Uni sont appelés à quitter le pays, faute de pouvoir garantir leur sécurité.

Après Londres, c'est Washington qui s'inquiète du sort de ses citoyens. "Compte tenu des conditions de sécurité et des effectifs réduits" en Afghanistan, l'ambassade des États-Unis à Kaboul a exhorté ce samedi 7 août tous ses ressortissants à quitter le pays immédiatement en utilisant les options de vol commercial disponibles.

Toute l'info sur

L'Afghanistan aux mains des talibans

Une "situation sécuritaire qui empire"

Dans cette communication, l'ambassade a argué que compte tenu de la situation, ses capacités à "aider les citoyens américains en Afghanistan" sont devenues "extrêmement limitées". Une explication similaire à celle donnée la veille par le ministère britannique des Affaires étrangères. Sur son site internet, il a appelé ses citoyens ressortissants à quitter immédiatement l'Afghanistan à cause de la "situation sécuritaire qui empire" à mesure que les combats avec les talibans s'intensifient dans le pays.

Car depuis trois mois, les Talibans ont repris des forces. Profitant du retrait des forces internationales – quoi doit être complètement achevé d'ici au 31 août – et d'une armée afghane dont le moral est au plus bas, ils s'emparent de zones de plus en plus larges. Après avoir conquis de vastes territoires ruraux dans la campagne afghane, c'est désormais aux grandes villes qu'ils s'attaquent.

La capitale provinciale de Jawzan, Sheberghan, est tombée entre leurs mains ce samedi, selon Qader Malia, vice-gouverneur de cette province. Selon son témoignage auprès de l'AFP, "les forces (afghanes) et les responsables ont fui vers l'aéroport". Une prise qui signe un nouveau revers pour le gouvernement qui a récemment fait appel aux anciens chefs de guerre et à diverses milices pour tenter d'endiguer l'avancée des insurgés.

Aucun endroit sûr

Car celle-ci est très rapide. Cette prise représente en effet la seconde capitale provinciale à être capturée par les Talibans en moins de 24 heures. Ils se sont ainsi rendus maîtres, vendredi, d'une première capitale provinciale, Zaranj. C'était la première fois qu'ils emportaient une capitale depuis le début de leur offensive en mai. Une prise qui s'est faite là aussi sans rencontrer "aucune résistance", selon le témoignage auprès de l'AFP de Roh Gul Khairzad, la gouverneure adjointe de la province de Nimroz. 

Pourquoi si peu de résistance ? Car les forces afghanes étaient déjà occupées à défendre plusieurs autres capitales provinciales à travers le pays. Et parce que le moral est absent. "Les forces de sécurités afghanes perdent le moral à cause de la propagande incessante des talibans", a ainsi expliqué à l'AFP un haut responsable de Nimroz, qui a demandé l'anonymat. "Même avant les attaques talibanes, beaucoup de forces afghanes ont baissé les armes, enlevé leurs uniformes, quitté leurs unités et fui", a-t-il raconté.

Lire aussi

En s'emparant de cette petite ville située à la frontière avec l'Iran, les insurgés continuent de saper le moral des troupes ... Et d'augmenter leur contrôle à la frontière. Les talibans avaient en effet déjà mis la main sur plusieurs postes-frontières clés, proches de l'Iran, le Tadjikistan, le Turkménistan et le Pakistan. Des sources vitales de revenus. Les insurgés ont également assassiné le chef du service de communication du gouvernement, dans la capitale. Signe, comme l'écrit l'ambassade américaine, que les conditions de sécurité sont "extrêmement limitées", même à Kaboul.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : l'ex-Miss France Vaimalama Chaves éliminée, Bilal Hassani au sommet

EuroMillions : un Français remporte la cagnotte de 220 millions d'euros, un record en Europe

Deux navires de guerre russe et américain frôlent l'incident en mer du Japon : "Un acte inadmissible"

Covid-19 : quand thés dansants et parties de belote virent aux clusters en Loire-Atlantique

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.