Afghanistan : pour contrer l’avancée des talibans, Donald Trump laisse au Pentagone le choix d’envoyer un renfort de soldats américains

Afghanistan : pour contrer l’avancée des talibans, Donald Trump laisse au Pentagone le choix d’envoyer un renfort de soldats américains

GUERRE - Alors que les chefs militaires américains déployés en Afghanistan réclament depuis plusieurs mois le renfort de milliers de soldats, Donald Trump a décidé de ne pas choisir lui-même, laissant la décision à son ministre de la Défense.

Face à la progression des talibans en Afghanistan, la réaction ne viendra pas de Donald Trump. Le président américain laisse le soin à son ministre de la Défense Jim Mattis de répondre favorablement ou non à l’appel de renfort lancé par le général John Nicholson, chef des forces américaines et de l’Otan dans la région.

Jim Mattis a prévenu mardi matin que "les talibans ont eu une bonne année l’année dernière, ils essaient d’en avoir une autre cette année. […] En ce moment, je pense que l’ennemi progresse". Le chef du Pentagone pourrait ainsi décider d’envoyer entre 3 à 5 000 soldats supplémentaires, pour s’ajouter aux 8 400 déjà sur place. "Nous ne sommes pas en train de gagner. Nous allons corriger cela aussi vite que possible", a-t-il déclaré.

En vidéo

Afghanistan : les Etats-Unis larguent la bombe la plus puissante non nucléaire jamais utilisée

Lire aussi

Depuis le 1er janvier 2015, la coalition militaire sous l’égide de l’Otan opérant depuis 2001 en Afghanistan s’est retirée (remplacée par une mission de formation et d’assistance à la lutte anti-terroriste). Les forces américaines sont, elles, toujours sur place, afin d’assurer principalement un rôle de conseil aux forces afghanes. Après un pic de 100 000 soldats en 2011, Barack Obama avait entamé une baisse des effectifs. Face aux difficultés de l'armée afghane d'endiguer les attaques des insurgés islamistes, il avait abandonné l'idée de ne laisser que 1 000 hommes sur place.

Chaque printemps, les talibans annoncent une nouvelle offensive et revendiquent de multiples attaques meurtrières, le plus souvent contre des bases et des positions militaires afghanes. Samedi dernier, l’une d’entre-elles a entrainé la mort de trois soldats américains.

Lire aussi

Le chef du Pentagone estime que si les militaires américains étaient autorisés à se rapprocher des combats, ils pourraient aider les forces afghanes à reprendre l’avantage sur les terroristes.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

EN DIRECT - Vaccination contre le Covid-19 : près de 6 millions de doses administrées en France

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

Covid-19 : aux États-Unis, les personnes vaccinées peuvent se réunir sans masque

La vaccination obligatoire des soignants "reste une possibilité", rappelle Gabriel Attal

Lire et commenter