Afghanistan : Taloqan aux mains des talibans, la cinquième capitale provinciale en trois jours

Afghanistan : Taloqan aux mains des talibans, la cinquième capitale provinciale en trois jours

COMBATS - La ville afghane de Taloqan est tombée dimanche 8 août aux mains des talibans, quelques heures après celle de Sar-e-Pul et de Kunduz. En trois jours et à l'issue de violents combats, les talibans se sont emparés de cinq capitales de province.

En Afghanistan, au terme de trois jours et de violents combats, les talibans sont parvenus à prendre le contrôle de cinq capitales provinciales. Après les villes de Zaranj, au Sud, et de Sheberghan, au Nord, ils se sont emparés ce dimanche 8 août de Kunduz, de Sar-e-Pul et de Taloqan toujours au nord du pays. "Le gouvernement a échoué à nous envoyer de l'aide et nous nous sommes retirés de la ville cet après-midi", a déclaré un responsable sécuritaire auprès de l'AFP, alors qu'un habitant de Taloqan a rapporté que "les talibans sont partout". 

Retrait des troupes étrangères en mai

Avec cette prise, les insurgés renforcent leur contrôle au nord du pays. À quelques heures d'intervalle, ils ont ainsi pris possession de Kunduz, qu'ils encerclaient depuis quelques semaines, au terme de violents combats. Ils ont ensuite pris Sar-e-Pul, puis Taloqan en fin de journée, les capitales des provinces situées au sud et à l'est de Kunduz. Ils contrôlent maintenant cinq des 34 capitales provinciales afghanes.

La veille, les forces afghanes et les responsables politiques de Sheberghan ont fui en direction de l'aéroport, selon Qader Malia, vice-gouverneur de la province de Jawzjan, dont la ville est la capitale. Kunduz, déjà tombée deux fois ces dernières années aux mains des insurgés, en 2015 et 2016, est un carrefour stratégique du nord du pays, entre Kaboul et le Tadjikistan.

Depuis le retrait des troupes étrangères en mai dernier, après 20 ans passés dans le pays dans le cadre d'une coalition menée par les États-Unis sous l'égide de l'Otan, l'Afghanistan est en proie à des affrontements entre les talibans, qui gagnent du terrain, et l'armée, qui se trouve démunie. Avant ces capitales, étant les principaux axes stratégiques si l'on exclue la capitale Kaboul, les talibans s'étaient déjà emparés d'importants territoires ruraux.

Lire aussi

Au vu de la situation politique instable, Londres et Washington ont demandé tour à tour à leurs ressortissants de quitter le pays. "Il est conseillé à tous les ressortissants britanniques en Afghanistan de partir dès maintenant via des moyens (de transport) commerciaux", a indiqué vendredi le ministère britannique des Affaires étrangères sur son site internet, tandis que l'ambassade des Etats-Unis à Kaboul a exhorté samedi aux expatriés américains de faire de même "compte tenu des conditions de sécurité et des effectifs réduits" en Afghanistan. Le 15 juillet déjà, Paris préconisait à ses ressortissants de quitter le pays, disant s'inquiéter de "l'évolution de la situation sécuritaire" et des "perspectives à court terme" dans le pays. Un vol spécial était parti de Kaboul deux jours plus tard.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

EN DIRECT - Covid-19 : report de l'obligation vaccinale dans les secteurs "sensibles" en Nouvelle-Calédonie

Grève à la SNCF : 8 trains sur 10 sur la ligne TGV Atlantique ce samedi

Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.