Afghanistan : un raid de l’OTAN fait au moins 30 victimes civiles

International
ENQUÊTE – L’organisation a confirmé dans un communiqué avoir mené des frappes aériennes dans la région de Kunduz. Et avoir ouvert une enquête sur les victimes civiles.

Selon plusieurs responsables afghans, au moins 30 civils ont été tués dans une frappe aérienne de l’OTAN contre les talibans de la région de Kunduz au nord du pays, jeudi 3 novembre. Parmi les victimes, plusieurs femmes et enfants. Une vingtaine de personnes ont également été blessées. 


De son côté, l’OTAN a confirmé dans un communiqué avoir mené plusieurs frappes aériennes dans la dite région afin de venir en aide à des forces alliées sur le terrain. Et a affirmé qu’une enquête sur les allégations de victimes civiles sera prochainement ouverte. "Des forces amies ont été prises sous le feu direct et des frappes aériennes ont été menées pour les défendre", a ainsi indiqué à l'AFP le général de brigade Charles Cleveland, officier de la mission "Resolute Support" de l’OTAN sur le territoire afghan. "Nous prenons les informations sur la mort de civils très au sérieux", a-t-il ajouté.

Lire aussi

La population afghane en colère

À la suite de cette frappe, plusieurs manifestations ont éclaté à Kunduz. Des proches des victimes se sont rassemblés devant les bureaux du gouverneur, Asadullah Omarkhel, transportant les corps d’enfants tués lors de la manœuvre de l’OTAN. Ce raid faisait suite à des combats dans lesquels deux soldats américains et trois membres des forces spéciales afghanes ont perdu la vie au cours d’une opération menée contre les talibans.


Près de 10.000 Américains sont encore présents en Afghanistan, dans le cadre de l’opération Resolute Support, depuis la fin du retrait de la majorité des forces occidentales fin 2014. 

Lire aussi

En vidéo

Afghanistan : une assemblée de Talibans a fait dissidence

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter