Afrique du Sud : 264 cornes de rhinocéros mises aux enchères, une première très controversée

Afrique du Sud : 264 cornes de rhinocéros mises aux enchères, une première très controversée
International

POLÉMIQUE - 264 cornes de rhinocéros sont vendues aux enchères depuis mercredi en Afrique du Sud. Une vente controversée dont les autorités ne sont pas parvenues à empêcher la tenue.

Depuis mercredi, 264 cornes de rhinocéros sont vendues en ligne aux enchères en Afrique du Sud. Cette vente, très controversée, est une première dans le pays. Elle a pu avoir lieu  après que le plus gros éleveur du pays, John Hume, a obtenu de la justice sud-africaine la levée du moratoire imposé depuis 2009 par le gouvernement sur le commerce intérieur de corne.

D'un poids total avoisinant les 500 kg, les cornes proviennent toutes du ranch de l’éleveur, dans la province sud-africaine du Nord-Ouest. Près de 1.500 pachydermes y sont régulièrement décornés après avoir été anesthésiés en plein air par un vétérinaire. Pour acquérir une ou plusieurs cornes, les acheteurs devront payer 6.400 euros de frais d'inscription. Ils devront également obtenir un permis, délivré par le gouvernement. Avec cette vente, "on espère éviter que des rhinocéros soient braconnés pour leurs cornes (....) et débloquer des fonds pour financer la reproduction et la protection des rhinocéros", explique John Hume sur son site.

Des acheteurs à l'identité floue

Comme le commerce international est interdit par la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d'extinction) depuis 1977, les cornes de rhinocéros ne pourront pas quitter le territoire. Malgré tout, personne en Afrique du Sud n’est vraiment susceptible de les acheter. Les organisations de protection de la nature craignent donc que les cornes vendues aux enchères ne terminent illégalement sur les marchés chinois ou vietnamien, principaux débouchés pour les cornes issues du braconnage. Sur son site de vente aux enchères, John Hume fait d'ailleurs la promotion de ses cornes en mandarin et en vietnamien. Pour tenter d'empêcher l'acquisition des cornes,  l'ONG Humane Society a lancé une pétition appelant Pretoria à ne pas produire les permis de détention.

Chaque année, plus d'un millier de rhinocéros sont tués dans les parcs nationaux et réserves privées d'Afrique du Sud par les braconniers. Avec 20 à 25.000 animaux, le pays compte 80% de la population mondiale de rhinocéros. Leur corne, utilisée entre autre pour la médecine traditionnelle asiatique, se vendrait au marché noir jusqu'à 50.000 euros le kilo. C'est plus que l'or ou la cocaïne. Malgré l'espoir affiché de John Hume de faire chuter le prix de la corne de rhinocéros en légalisant son commerce, les opposants arguent que le prix bien plus bas de l'ivoire, 2.000 euros le kilo, n'empêche pas le massacre des éléphants.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent