"Agent orange", "limace orange"... Le top 4 des surnoms de Donald Trump

"Agent orange", "limace orange"... Le top 4 des surnoms de Donald Trump
International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

Ce dimanche sur la scène des Grammy Awards, le groupe A Tribe Called Quest est monté sur scène pour une prestation endiablée. Au cours de celle-ci, le rappeur Busta Rhymes a qualifié Donald Trump de "President Agent Orange"... Le énième surnom donné au président américain depuis le début de sa campagne.

"Agent Orange"

Pour Busta Rhymes, il s'agissait de le crier haut et fort devant des millions de téléspectateurs. Après s'être insurgé à nombreuses reprises contre le décret anti-immigration de Donald Trump, le rappeur américain a profité de la tribune offerte par les Grammy Awards pour redire tout le bien qu'il pense de son nouveau président. Avec le groupe de rap A tribe called quest, il a qualifié le locataire de la Maison Blanche de "President Agent Orange".

L’ Agent Orange, en plus d'être la couleur de la peau de Donald Trump, était une substance chimique utilisée par l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam. "Je veux remercier le Président Agent Orange pour sa tentative ratée de mettre en place le “Muslim ban... Nous allons nous unir, nous sommes le peuple”, a déclaré le rappeur avant d'entamer "We the people", un titre figurant sur le dernier album du groupe.

Lire aussi

Un parvenu aux petites mains

Entre Donald Trump et l'emblématique rédacteur en chef de l'édition américaine de Vanity Fair, ce n'est pas le grand amour. Au contraire. Cela fait des années que les deux hommes se vouent une haine féroce et tenace. Graydon Carter s'amusant à piquer au vif Donald Trump, l'affublant de curieux surnoms. Dont le fameux "parvenu aux petites mains"... Un gentil petit nom qui, bien sûr, irrite profondément légo du président des USA. 

Au fil de la campagne et après l'élection, Graydon Carter s'est chargé de tailler de sacrés costumes au président américain, dans de savoureux éditos. L'affaire a pris un tournant assez ahurissant lorsque Graydon Carter a publié une critique gastronomique du restaurant "Trump Grill" situé dans la Trump Tower. Stupeur et tremblements du côté des Républicains, forcément. Côté Vanity Fair, on s'est régalé : on a même changé la bannière de son site en "Vanity Fair, le magazine que Donald Trump ne veut pas que vous lisiez". 

"Une limace orange"

Autre personnalité qui ne porte pas forcément Donald Trump dans son coeur : l'actrice Rosie O'Donnell. Et c'est réciproque : ces deux-là se détestent. Il y a une dizaine d'années, Trump avait qualifié Rosie O'Donnell, par ailleurs gay déclarée, de "cochonne", "de grosse plouc moche". Toujours aussi élégant, à l'annonce de son mariage, le désormais président des Etats-Unis avait même déclaré : "Je suis tellement désolé pour les parents de la future femme de Rosie, ils doivent être dévastés de la voir avec elle". Il avait également critiqué la perte de poids de l'actrice et sa mise en retrait de l'antenne pour des problèmes cardiaques ... Seulement Rosie O'Donnell n'est pas du genre à se laisser faire et en réplique, la comédienne l'a affublé de divers surnoms dont "Orange Anus", "limace orange". 

Une "clémentine raciste"

Sur le même registre coloré, on compte de nombreux surnoms. Jon Stewart l'a appelé "citrouille d'Halloween en décomposition" dans le Saturday Night Live. On l'a aussi appelé "Tornade orange", Pour Trevor Noah, animateur du Daily Show, la petite vanne était trop belle pour ne pas être faite et le parallèle trop évident pour être mis de côté. Dans l'une de ses émissions, il a qualifié Donald Trump de "clémentine raciste". 

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent