Akhtar Mansour : le chef des talibans et ses 37 séjours à l'étranger

Akhtar Mansour : le chef des talibans et ses 37 séjours à l'étranger
International

VOYAGE VOYAGE - Le chef des talibans afghans, tué samedi au Pakistan, a effectué ces dernières années près d'une quarantaine de séjours à l'étranger. Et ce, sans être inquiété par les autorités.

Depuis dimanche, les talibans afghans essayent de surmonter leurs divisions pour choisir un successeur au mollah Akhtar Mansour, tué samedi par un drone américain. Seule certitude : le nouveau chef devrait voir du pays, si on en croit les informations dévoilées ce mardi par des responsables pakistanais.

Le chef des talibans afghans, tué samedi au Pakistan, avait sur lui un passeport et une carte d'identité pakistanais au nom de "Muhammad Wali". Des documents qui lui ont permis de se déplacer à sa guise : "Wali a voyagé 37 fois, surtout entre Dubaï et Karachi ces dix dernières années", a indiqué un haut responsable, précisant que le passeport avait été utilisé pour la première fois en 2006.

Le Pakistan, accommodant avec le mouvement islamiste ?

Un autre responsable a confirmé ces informations, ajoutant que le chef des talibans s'était rendu en Iran le 25 avril, et qu'il en était revenu le jour même où il a été tué. Téhéran a cependant démenti que Mansour se soit rendu dans le pays à ces dates. "Nous sommes en train de vérifier comment il a pu se procurer une carte d'identité pakistanaise et un passeport, et à qui il rendait visite à Dubaï", a indiqué un troisième enquêteur.

Au-delà des failles sécuritaires mises en évidence par ces voyages, ces derniers suggèrent que le Pakistan s'est montré accommodant à l'encontre des dirigeants du mouvement islamiste. Et ce, au moment même où ils orchestraient une insurrection sanglante en Afghanistan voisin. Après s'en être défendu pendant des années, le Pakistan a d'ailleurs reconnu en mars héberger des dirigeants talibans afghans ayant fui leur pays lorsqu'ils ont été chassés du pouvoir en 2001 -- officiellement dans le but d’exercer une influence sur eux pour les convaincre de négocier.

EN SAVOIR + >>  Barack Obama confirme la mort du chef des talibans afghans

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent