Syrie : report jusqu'à nouvel ordre des évacuations d'Alep et deux villages chiites

PAS DE RÉPIT - Les évacuations à Alep et dans deux autres villages chiites sont arrêtés jusqu'à nouvel ordre, ce dimanche 18 décembre, a révélé l'Observatoire syrien des droits de l'homme. D'après l'ONU, près de 40.000 civils et rebelles sont encore bloqués dans le réduit insurgé à Alep.

A Alep, et dans deux autres villages chiites, les évacuations de civils sont suspendues jusqu'à nouvel ordre selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), ce dimanche 18 décembre. "L'opération a été reportée en raison de l'absence de garanties concernant la sécurité des évacués des deux villages de Foua et Kafraya", a annoncé le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane, précisant que la suspension était due à l'attaque par des hommes armés d'une vingtaine de bus envoyés pour les évacuations.


"Les évacuations sont momentanément interrompues", a confirmé à l'AFP Yasser al-Youssef, du groupe rebelle Nourredine al-Zinki, soulignant toutefois que l'incident en question "n'allait pas avoir d'impact sur la reprise de l'opération à une date ultérieure".

En vidéo

JT WE - Alep : l'évacuation suspendue par Damad, un convoi de 800 personnes arrêté de force

Des bus avaient commencé à entrer, ce dimanche, dans le réduit rebelle de la ville syrienne d'Alep en vue de la reprise de l'évacuation de civils et d'insurgés interrompue depuis trois jours. "Les bus ont commencé à entrer dans les quartiers de Zabdiyé, Salaheddine, al-Machad et al-Ansari dans l'est d'Alep sous la supervision du Croissant-Rouge et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour faire sortir ceux qui restent des terroristes et de leurs familles", avait indiqué Sana, l'agence officielle du régime. 


De fait, certains bus avaient été attaqués. Aux abords de Foua et Kafraya, le correspondant de l'AFP a vu une vingtaine d'hommes armés s'attaquer à des bus qui se dirigeaient vers ces localités en vue de l'évacuation. Ils ont fait descendre les chauffeurs et ont mitraillé les véhicules mettant le feu au réservoir d'au moins cinq bus. L'incident s'est produit après que cinq bus du convoi sont entrés dans les deux localités.

Un responsable rebelle a affirmé ce dimanche à l'AFP qu'un nouvel accord a été conclu aux termes duquel l'évacuation d'Alep ainsi que celle de Foua et Kafraya devraient se faire en deux étapes. Le vendredi 16 décembre L'armée russe avait en effet pris la décision unilatérale le 16 décembre de stopper l'évacuation démarée la veille. 


"Dans une première étape, la moitié des gens assiégés à Alep sortiront, parallèlement à l'évacuation de 1.250 personnes de la localité de Foua", a expliqué ce responsable sous couvert de l'anonymat.


Dans une deuxième étape, 1.250 autres personnes de Kafraya sortiront parallèlement à l'évacuation du reste des personnes à Alep", a poursuivi le responsable rebelle.


Par la suite, 1.500 personnes supplémentaires sortiront de Foua et Kafraya parallèlement à l'évacuation du même nombre de Zabadani et de Madaya, deux villes rebelles assiégées par le régime dans la province de Damas. 

Ce serait près de 4000 personnes qui devraient être évacuées sous peu. Un début certes, mais un chiffre qui reste bien maigre. D'après l'ONU, près de 40.000 civils et rebelles sont encore bloqués dans le réduit insurgé à Alep.

En vidéo

JT 20H - Ils ont fui Alep, ils témoignent

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le drame d'Alep

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter