Russie : Alexeï Navalny piège un agent du FSB ayant participé à son empoisonnement

L'opposant russe Alexeï Navalny, ici à Moscou en 2018.

POLAR - L'opposant russe affirme ce lundi avoir piégé au téléphone un agent des services de sécurité russes. Objectif ? Lui faire admettre qu'il avait bien été la victime d'un empoisonnement cet été.

Déjà plus d'un million de vues en quelques heures. C'est une vidéo troublante qu'Alexeï Navalny, l'ennemi juré du Kremlin, a publié sur son site ce lundi. Et pour cause : on y découvre l'opposant russe piéger par téléphone Konstantin Koudriavtsev, l'un des agents du FSB ayant participé à son empoisonnement l'été dernier.

Sur son blog, l'opposant commence tout d'abord par détailler son stratagème. Son numéro de téléphone est masqué, afin de se présenter comme l'assistant de Nikolaï Patrouchev. Tout sauf un inconnu : ce proche de Vladimir Poutine est le secrétaire du Conseil de sécurité russe. 

Toute l'info sur

Navalny-Poutine : le conflit sans fin

Au bout du fil, Navalny se présente comme un expert des armes chimiques travaillant pour le FSB. Raison pour laquelle il a besoin de son témoignage pour rédiger un rapport sur la tentative d'assassinat de l'opposant.

45 minutes de discussion

Après quelques hésitations, l'agent du FSB - dont le rôle précis n'est pas détaillé - passe aux aveux. Au fil d'une discussion de plus de 45 minutes, Koudriavtsev multiplie les détails, notamment la façon dont le poison a été mis sur le sous-vêtement de Navalny. 

Il juge également que ce dernier a survécu grâce au pilote de l'avion à bord duquel il était lorsqu'il a fait son malaise et des urgentistes qui l'ont pris en charge. Alexeï Navalny s'est en effet senti mal à bord d'un vol le ramenant de Tomsk, en Sibérie, à Moscou. Mais le commandant de bord a décidé d'atterrir en urgence à Omsk pour permettre sa prise en charge, le 20 août. "S'il avait volé un peu plus longtemps et n'avait pas atterri soudainement, peut-être que tout se serait déroulé autrement", affirme l'agent du FSB.

"Je sais qui a voulu me tuer"

Comment Alexeï Navalny a-t-il pu mettre la main sur le numéro de celui qui a tenté de le tuer ? En préambule de sa vidéo, l'opposant au Kremlin précise avoir obtenu celui-ci via Bellingcat. Le site d'investigation anglais - avec plusieurs médias dont CNN et Der Spiegel - a publié la semaine dernière une enquête pointant du doigt la responsabilité d'agents du FSB dans la tentative d'assassinat de Navalny. 

Lire aussi

Bellingcat dévoile ainsi les noms et les portraits de plusieurs hommes présentés comme des spécialistes des substances chimiques. Ils auraient assuré une filature régulière de Navalny depuis 2017. "Je sais qui a voulu me tuer, je sais où ils habitent, je sais où ils travaillent, je connais leurs vrais noms, je connais leurs alias et j’ai leurs photos", avait réagi l'opposant dans la foulée. Comme une menace avant la mise en ligne de sa vidéo, ce lundi.

Interrogé à ce sujet  la semaine dernière, le président Vladimir Poutine a d'ailleurs laissé entendre que Navalny était surveillé, mais démenti tout empoisonnement. "Si on l'avait voulu, l'affaire aurait été menée à son terme", a lâché le président russe. Ambiance.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

EN DIRECT - La pandémie est à un "point critique", les infections croissent de manière exponentielle, avertit l'OMS

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Covid-19 : la Chine remet en cause l'efficacité de ses propres vaccins

"Crétin de fils de ..." : Donald Trump s’en prend violemment au chef des républicains au Sénat

Lire et commenter