Algérie : huit bébés tués dans l'incendie d'une maternité

International

DRAME - Huit bébés ont été tués la nuit dernière dans un violent incendie, qui a ravagé la maternité de l'hôpital Bachir Bennacer à Oued Souf en Algérie. Ce n'est pas la première fois qu'un feu se déclare dans cet établissement. En mai 2018, un incendie avait causé d'importants dégâts matériels, sans faire de victimes.

C'est un drame innommable qui touche l'Algérie. Huit nourrissons sont morts dans la nuit du lundi 23 au mardi 24 septembre lors d'un incendie dans une maternité d'Oued Souf, dans le nord-est du Sahara algérien. Le feu s'est déclaré à 3h50 du matin (4h50, heure française, ndlr) dans "l'hôpital mère-enfant" d'Oued Souf", a indiqué la protection civile algérienne. 

"Nous déplorons malheureusement la mort de huit nourrissons, certains brûlés et d'autres asphyxiés par la fumée", a déclaré le capitaine Nassim Bernaoui, précisant que tout l'établissement hospitalier avait été évacué. "Nous avons réussi à sauver 11 nourrissons, 107 femmes (...) et 28 employés" du centre de santé. Pour venir à bout des flammes, qui ont ravagé le pavillon nouveau-nés, la protection civile algérienne a mobilisé des dizaines de camions. L'incendie a été maîtrisé.

Ma femme a accouché de jumeaux dans la nuit, morts au petit matin- Le témoignage d'un père endeuillé

Pour l'heure, les raisons de cet incendie demeurent inconnues. L'édition maghrébine du HuffPost évoque la possibilité qu'une étincelle électrique soit à l'origine du feu. Selon la télévision algérienne, une "enquête préliminaire" a déterminé qu'un "court-circuit" sur un "appareil anti-moustiques" avait vraisemblablement causé le sinistre. Cette information n'a toutefois pas été confirmée de sources officielles, y compris par le responsable de la protection civile contacté par l'AFP.

Le présentateur d'Ennahar TV a lu le témoignage poignant du père de deux nourrissons décédés : "au bout de sept mois de mariage, ma femme a accouché de jumeaux dans la nuit, morts au petit matin", a-t-il écrit. C'est la première fois que des enfants meurent après un incendie dans un hôpital, ont affirmé "de mémoire" plusieurs médecins à l'AFP. Ce même établissement de santé "mère et enfant" de Bachir Bennacer avait été ravagé en mai 2018 par un incendie qui avait causé d'importants dégâts matériels. Aucune victime humaine n'avait été déplorée.

Des sanctions déjà prises ?

Selon la télévision publique, le Premier ministre Noureddine Bedoui a présenté ses condoléances et celles du gouvernement aux familles des victimes. Il a demandé l'ouverture en urgence d'une enquête et a mandaté le ministre de la Santé Mohamed Miraoui de se rendre dans l'hôpital. Des premières sanctions ont été prises, toujours selon le média local, contre le directeur de la santé de la wilaya (préfecture), le directeur de l'hôpital et l'équipe de garde, qui ont tous été suspendus par le ministre.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter