VIDEO - Algérie : une dizaine de journalistes arrêtés lors d'un sit-in contre "la censure"

VIDEO - Algérie : une dizaine de journalistes arrêtés lors d'un sit-in contre "la censure"

ARRESTATION - Des manifestants représentant les médias algériens, écrits et audiovisuels, publics et privés, ont réclamé, ce jeudi dans le centre d'Alger, le droit d'informer librement et dénoncé l'absence de couverture par leurs rédactions des mouvements de protestation. Plusieurs d'entre eux ont été interpellés, avant d'être relâchés en fin d'après-midi.

Ils étaient une centaine de journalistes des médias algériens, écrits et audiovisuels, publics et privés, à se rassembler en fin de matinée ce jeudi sur la "Place de la Liberté de la presse", dans le centre d'Alger. Parmi les nombreux manifestants venus participer à un sit-in contre "la censure" dans leur pays à la suite des restrictions de couverture du mouvement de contestation actuel, une dizaine a été arrêtée, a constaté une journaliste de l'AFP sur place.

En fin d'après-midi, Leïla Beratto, journaliste pour RFI, a indiqué sur Twitter avoir été remise en liberté. Tous les journalistes ont finalement été relâchés dans la foulée. 

Toute l'info sur

L'Algérie se soulève contre Bouteflika

Alors que l'Algérie connaît depuis près d'une semaine un mouvement massif de protestation contre la perspective d'un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, les médias audiovisuels publics algériens et les télévisions privées, propriétés d'hommes d'affaires proches du pouvoir, ont durant plusieurs jours passé sous silence le mouvement de contestation.

Lire aussi

En vidéo

Algérie : les étudiants dans la rue contre un 5ème mandat de Bouteflika

"Traitement exceptionnel" pour le camp de Bouteflika

Des journalistes de la radio nationale algérienne ont affirmé que leur profession subissait des pressions de leur hiérarchie visant à imposer ce silence. Ils en ont profité pour dénoncer l'absence de neutralité à l'antenne, le "traitement exceptionnel" réservé au camp du président Bouteflika et celui "restrictif de l'opposition". Une journaliste de la radio qui a publiquement démissionné de ses fonctions d'encadrement pour dénoncer cet état de fait a indiqué que son émission avait ensuite été supprimée.

L'organisation Reporters sans Frontières (RSF) a affirmé mercredi que les autorités algériennes mettaient "tout en oeuvre pour museler les médias" voulant couvrir le mouvement de contestation actuel, et a dénoncé des "interpellations, agressions, interdiction de couvrir, confiscation de matériel, pressions sur les médias publics et ralentissement du réseau internet...".

Les journalistes de l'audiovisuel public - radio nationale mardi, puis télévision nationale mercredi - ont tour à tour organisé des rassemblement devant leurs sièges.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

Télétravail : Élisabeth Borne annonce un objectif de "5000 contrôles par mois" dans les entreprises

EN DIRECT - Covid-19 : le plan blanc déclenché à Marseille

VIDÉO - Fermeture des discothèques : le monde de la nuit entre colère et incompréhension

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.