Alice Sommer Herz, la plus vieille survivante de l'Holocauste, est morte à 110 ans

Alice Sommer Herz, la plus vieille survivante de l'Holocauste, est morte à 110 ans

International
DirectLCI
PORTRAIT - La plus vieille survivante de l'Holocauste, dont l'histoire a fait l'objet d'un documentaire nominé aux Oscars, est morte dimanche à Londres à l'âge de 110 ans.

Même au milieu de l'enfer, Alice avait su y créer un jardin. La plus vieille survivante de l'Holocauste, Alice Sommer Herz, est morte dimanche à 110 ans, à Londres. Juive originaire de Prague, Alice, surnommée "Gigi", avait passé deux ans dans le camp de concentration de Terezin, en Tchécoslovaquie. Elle y distrayait les déportés en jouant du piano. Bach, Beethoven, Schubert... Tous les jours, avec "optimisme et discipline", les meilleures armes pour survivre, selon elle, cette petite dame au sourire indéfectible partageait son amour de la musique, pour ramener de la vie là où tout espoir semblait perdu.

La vie d'Alice a cela d'extraordinaire qu'elle est à la croisée des chemins de l'Histoire et du monde des arts. Née en 1903 dans une famille juive musicienne de Prague, Alice joue du piano toute petite pour accueillir son père lorsqu'il rentre le soir de l'usine. Sa mère, Sophie, est violoniste et amie du célèbre compositeur Gustav Mahler. Célèbre à moins de trente ans dans la capitale tchèque, Alice épouse Léopold, un violoniste. Puis la guerre et le nazisme viendront semer la mort autour de la musicienne : son époux, ses parents et une bonne partie de sa famille n'en réchapperont pas. Déportée en 1943 dans le camp de Terezin, à Theresienstadt, où seuls 17.000 personnes sur 140.000 auront survécu à la barbarie nazie, Alice en sortira vivante deux ans plus tard, grâce à son amour de la musique.

Sa vie aux Oscars

Installée en Israël après la guerre puis à Londres, celle qui fut aussi l'amie de l'écrivain existentialiste Franz Kafka ne gardera aucune haine ni pour l'Allemagne, ni pour les Allemands : "La haine amène la haine", affirme-t-elle, philosophe. Elle sera peut être une des seules survivantes de la Shoah à voir encore dans la vie "un miracle". Le monde, Alice le trouve décidément "merveilleux, plein de beauté". Sa religion, elle dit la trouver dans l'"amour maternel, la nature et la musique qui mène à la beauté".

Alice Sommer Herz pratique la natation quotidiennement jusqu’à l’âge de 97 ans. Elle étudie l’histoire, la philosophie et l’histoire du judaïsme à l’université du troisième âge, avant que des problèmes de dos l’en empêchent, raconte le blog de Veronique Chemla . Une vie incroyable, qu'elle a raconté dans un livre : "Un jardin au milieu de l'enfer"*. Mais elle est aussi l'héroïne d'un film intitulé "The Lady in number 6 : music saved my life". Ce court-métrage de 38 minutes, dans laquelle Alice raconte sa vie et affirme l'importance de la musique et du rire pour mener une vie heureuse, a été nominé dimanche pour l'Oscar du meilleur documentaire. Le jour même où elle est partie.

*In Garten Eden inmitten der Hölle. Melissa Müller et Reinhard Piechocki, 2006 aux éditions allemandes Droemer/Knaur.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter