Allemagne : un accord enfin trouvé entre Merkel et les sociaux-démocrates pour gouverner

Allemagne : un accord enfin trouvé entre Merkel et les sociaux-démocrates pour gouverner

ACCORD - Après plusieurs mois de négociations, l'Allemagne se rapproche d'une coalition gouvernementale, à la tête de laquelle on retrouvera l'inoxydable Angela Merkel. Les sociaux-démocrates ont toutefois obtenu des postes stratégiques, dont celui des Finances. L'accord doit être validé dans les prochaines semaines par les militants du parti de Martin Schulz.

L'Allemagne va-t-elle sortir de sa longue période d'instabilité politique ? Si le chemin dans la formation d'un nouveau gouvernement n'est pas encore achevé, une nouvelle étape a en tout cas été franchie, mercredi 7 février. Les médias locaux ont en effet annoncé que les sociaux-démocrates (SPD) et les chrétiens-démocrates d'Angela Merkel (CDU-CSU), les deux partis arrivés en tête lors des législatives de septembre, se sont entendus sur les termes d'un accord pour former une nouvelle coalition, une "GroKo", comme on dit outre-Rhin.

Toute l'info sur

Angela Merkel, chancelière sans coalition

Les Finances passent au centre-gauche

Un dossier sur lequel les deux partis, essorrés par des élections législatives particulièrement difficiles (le SPD à 20%, la CDU-CSU à 33%), négociaient depuis plus de deux semaines et l'accord donné - à une majorité inhabituellement faible - par les délégués SPD. Parmi les points marquants de l'accord, l'obtention par les sociaux-démocrates du ministère des Finances, autrefois détenu par le très austère Wolfgang Schaüble, qui se fit notamment remarquer pour son inflexibilité durant la crise grecque, son attachement viscéral au respect du pacte de stabilité et sa défense de l'excédent commercial allemand. 

En vidéo

Allemagne : un accord de coalition sauve Angela Merkel

Le signe d'un tournant politique majeur sur le plan européen, le SPD ayant obtenu d'Angela Merkel que l'Europe soit au coeur de son futur mandat ? L'avenir le dira, mais cette nouvelle ne devrait pas être sans réjouir Emmanuel Macron, qui milite depuis son arrivée au pouvoir pour une plus grande intégration européenne, des investissements massifs à cette échelle, une harmonisation des normes sociales et économiques et la protection des Etats-membres face aux crises financières.

Lire aussi

Un accord suspendu au vote des militants SPD

Si le tournant peut s'avérer majeur outre-Rhin, après 12 ans de politiques économiques conservatrices, l'accord est encore suspendu à sa validation par les 460.000 militants sociaux-démocrates, réputés plus à gauche que leurs délégués et leurs dirigeants. Une mission d'autant plus difficile que leur leader Martin Schulz avait dans un premier temps refusé de participer aux négociations gouvernementales après les législatives, souhaitant faire faire "une cure d'opposition" à son parti. Mais l'impossibilité d'une coalition entre les conservateurs, les libéraux et les écologistes, conjugués au risque d'une réémergence de l'extrême droite en cas de nouvelles élections (une option qui n'avait rien d'hypothétique au coeur de l'automne), l'ont convaincu de remettre la main à la pâte.

Lire aussi

Aujourd'hui, l'ancien président du parlement européen peut se targuer d'avoir obtenu, avec le ministère du Travail et celui des Affaires étrangères (qui devrait lui revenir), des arguments de poids pour convaincre ses militants de l'appuyer lors du prochain vote. Si tant est que le coup de barre à droite, souligné par le journaliste du Monde Thomas Wieder, sur le plan de l'Intérieur (dont la dénomination contiendra une référence à la "patrie" et à la "terre natale") et des Transports (la CSU bavaroise, terre de Volkswagen, qui en a obtenu le ministère), ne froisse pas les plus à gauche d'entre eux.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Omicron : que sait-on de ce variant qui inquiète la planète ?

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.